Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hommage assumé à Lovecraft et son univers, Une cosmologie de monstres prend la forme d'une chronique de la famille Turner des années 1960 à nos jours. Famille de la classe moyenne, elle s'articule autour du couple formé par Harry, l'éternel gamin obsédé de comics et de pulps, et Margaret, la fille unique qui au nom de l'amour renie la petite bourgeoisie de ses origines. De cette union naîtront deux filles et un garçon. Emergera aussi le malheur, quand Harry décidera de mettre en péril le fragile équilibre financier du foyer pour construire une maison hantée dans le jardin familial à l'occasion d'Halloween...

Harry meurt en effet peu après d'une tumeur au cerveau. Margaret est contrainte de faire vivre sa famille en investissant dans le divertissement macabre. Sydney, la fille aînée rebelle, finit par disparaître. Eunice, la fille cadette, est suicidaire. Quant à Noah, le petit dernier, né après le décès de son père, il grandit dans une forme de rêverie avec son ami imaginaire, un monstre qu'il semble le seul à voir, à qui il se confit et vagabonde dans les cieux, avant de se transformer en petite amie à l'adolescence. Mais en grandissant, Noah s'interroge aussi de plus en plus sur la nature et les origines de Leannon, comme il l'appelle désormais, et finit par comprendre qu'elle n'est peut-être pas tout à fait étrangère aux malheurs qui frappent ses plus ou moins proches.

Narrateur dans le roman, Noah nous raconte donc l'histoire de sa famille et de sa prise de conscience. De la première il tire quelques jolis portraits qui ne sont pas sans rappeler la littérature de John IRVING. De la seconde émerge une atmosphère angoissante bien plus suggestive qu'horrifique. De ce point de vue Shaun HAMILL, qui signe ici son premier roman, fait preuve d'une finesse certaine, atténuée toutefois par un final un peu trop téléphoné sur les incommensurables forces de la cellule familiale face aux tragédies des destinées. S'il en était encore besoin, cela achèverait de convaincre le lecteur de l'origine typiquement américaine de l'auteur.

Une Cosmologie de monstres - Shaun HAMILL (A Cosmology of Monsters, 2019), traduction de Benoît DOMIS, illustration de Aurélien POLICE, Albin Michel collection Imaginaire, 2019, 416 pages

Une Cosmologie de monstres - Shaun HAMILL (A Cosmology of Monsters, 2019), traduction de Benoît DOMIS, illustration de Aurélien POLICE, Albin Michel collection Imaginaire, 2019, 416 pages

Tag(s) : #H...

Partager cet article

Repost0