Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le monde selon Garp est le roman qui valut à John IRVING la reconnaissance internationale, jamais démentie depuis. Il s'agit de la biographie d'un écrivain imaginaire, S. T. Garp, dans laquelle les spécialistes d'IRVING reconnaîtront nombre d'éléments autobiographiques.

 

Garp est né de la relation éphémère de sa mère, Jenny Fields, avec un soldat dans le coma mais encore opérationnel de ce point de vue, alors qu'elle est infirmière dans un hôpital de Boston pendant la Seconde Guerre mondiale. Jenny est en effet un caractère bien affirmé dans l'Amérique des années 1940, et elle ne pouvait pas laisser passer pareille occasion d'engendrer un enfant sans s'encombrer d'un homme. Elle se contentera juste de nommer son fils S. T. Garp en référence à ce soldat rapidement mort à l'hôpital, S. T. représentant son grade dans l'armée (Sergent Technicien).

 

La mère célibataire élève alors son fils dans un collège où elle exerce sa profession d'infirmière à plein temps. Garp est un enfant tout ce qu'il y a de moyen. Il se laisse généralement porter par le courant, découvrant la lutte parce que sa mère voulait qu'il fasse un sport, se mettant à écrire pour séduire la fille de son entraîneur, grande lectrice par ailleurs. Son diplôme en poche Garp et Jenny quittent leur cocon pour voyager en Europe (ils passeront quelques mois à Vienne, en Autriche) et se lancer définitivement dans l'écriture chacun de leur côté.

 

A leur retour, Jenny connaît immédiatement le succès avec son récit autobiographique intitulé Sexuellement suspecte. Elle devient même l'égérie du mouvement féministe en plein essor (on est alors au début des années 1960) et passera le reste de sa vie à militer pour l'égalité des droits et à aider les femmes blessées par la vie. Les écrits de Garp resteront pour leur part bien plus confidentiels ; il ne connaîtra guère la célébrité qu'à la fin de sa courte vie avec un roman pour le moins provocateur.

 

Garp vit en fait aux crochets de sa femme, professeur de littérature, et s'occupe des tâches domestiques et des enfants. Plus précisément, sa principale occupation est de protéger ses enfants du monde extérieur éminemment hostile (« Le monde frappait Garp comme un lieu rempli de périls inutiles pour les uns comme pour les autres. »). Le destin n'épargnera toutefois ni Garp, ni ses proches...

 

C'est ainsi que Le monde selon Garp est celui d'un univers dominé par les femmes où la violence des hommes n’est jamais loin. Le roman de John IRVING est une satire de l'Amérique des années d'après-guerre, son personnage principal étant un homme dont la vie est dépendante de celle des femmes qui l'entourent, et dont le bonheur sera en permanence terni par des angoisses et des doutes. Quelque part il s'agit d'un roman philosophique sur la destinée. A ce titre IRVING fait preuve d'un grand sens de la structure, le présent du récit rappelant sans cesse le passé des personnages, et appelant les événements à venir. Pour autant le roman n'est absolument pas décousu et c'est avec une rare fluidité que le lecteur est le témoin de l'écoulement de la vie de Garp, une vie tout ce qu'il y a de banal et pendant laquelle, non sans ironie, le pire est toujours possible et l'avenir différent de ce qui était espéré.

 

CITRIQ

Le monde selon Garp - John IRVING (The World According to Garp, 1978), traduction de Maurice RAMBAUD, Seuil collection Points, 1998, 654 pages

Le monde selon Garp - John IRVING (The World According to Garp, 1978), traduction de Maurice RAMBAUD, Seuil collection Points, 1998, 654 pages

Tag(s) : #I...

Partager cet article

Repost 0