Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle accompagnant la parution récente du premier roman traduit en français de C. Robert CARGILL (Un océan de rouille, Albin Michel, 2020), Hell Creek nous ramène soixante-cinq millions d'années en arrière au moment de la formation géologique éponyme, à cheval sur les états américains contemporains des Montana, Dakota du Nord, Dakota du Sud et Wyoming. Celle-ci est la résultante d'une apocalypse nommée extinction crétacé-paléogène par les scientifiques, marquant l'extinction des dinosaures dans l'imaginaire collectif.

C. Robert CARGILL prend ce dernier parti en mettant en scène deux dinosaures herbivores, Tricératops et Ankylosaure qui, isolés de leurs troupeaux respectifs, doivent lutter pour leur survie, en se nourrissant d'une part, en se protégeant des assauts des nombreux prédateurs d'autre part. Cela donne lieu à une tragédie anthropomorphique très descriptive, celle d'une lutte que l'on sait aujourd'hui vaine. C'est aussi une ode à l'acceptation de l'autre et aux bienfaits de l'entraide.

CARGILL traite son sujet comme la voix off d'un reportage animalier sur fond musical anxiogène (l'auteur est scénariste par ailleurs). L'Homme n'existant pas, les dialogues sont évidemment totalement absents, mais Tricératops et Ankylosaure sont dotés d'un tel semblant d'âme qu'ils donnent volontiers la sensation de communiquer pleinement.

A tous ces titres, Hell Creek est une lecture plaisir à découvrir le temps de quelques minutes. Elle peut aussi donner une idée de l'imaginaire de l'auteur avant de se lancer dans une oeuvre plus conséquente. Il semblerait d'ailleurs que le point commun entre cette nouvelle et Un océan de rouille est l'absence de tout être humain, le roman se projetant après l'extinction de l'humanité. A croire que C. Robert CARGILL est fâché avec ses congénères.

Hell Creek - C. Robert CARGILL (Hell Creek, 2018), traduction de Robert PHILIBERT-CAILLAT, Albin Michel collection Imaginaire, 2019

Hell Creek - C. Robert CARGILL (Hell Creek, 2018), traduction de Robert PHILIBERT-CAILLAT, Albin Michel collection Imaginaire, 2019

Tag(s) : #C..., #Nouvelles éparses

Partager cet article

Repost0