Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un étonnant roman noir, l'histoire simple d'un trentenaire simple qui a quelque peu oublié de grandir et qui n'en fini pas de galérer. Emile est d'un abord plutôt sympathique ; bon vivant, il profite de la vie comme il peut, ses moyens financiers étant à la hauteur de son absence d'emploi, et d'ailleurs de véritable formation ainsi que d'envie. Heureusement Emile plait aux femmes, ce qui lui permet de vivre à leurs crochets, du moins le temps que dure leur relation. C'est d'ailleurs quand Camille le quitte subitement que la spirale infernale des ennuis s'emballe...

 

C'est Emile lui-même qui nous raconte son histoire. Et c'est avec un regard à son image qu'il le fait. Ce regard c'est celui de la vérité brute, agrémentée d'un indéniable talent pour décrire son univers toulousain et les êtres humains qui le composent. Emile est aussi quelque peu philosophe et c'est avec finesse qu'il analyse la société dans laquelle il vit, et qu'il rêve celle qui lui plairait. C'est ce qui fait la force de ce roman, Pascal DESSAINT ayant manifestement un don pour transcrire par des mots l'état d'esprit de cet éternel adolescent.

 

Pour le reste il ne faut pas chercher dans ce roman une quelconque intrigue, ni même des crimes ou une enquête. La vie n'est pas une punition relève plus de la chronique sociale, flirtant parfois avec le surréalisme. C'est le cas avec la mise en scène de personnages secondaires hauts en couleur, comme François l'éleveur de cochons d'Inde ou Tati le SDF ; c'est surtout le cas avec un final on ne peut plus improbable. Cela ravira à coup sûr les amateurs de délires aux accents de vérité ; les lecteurs en quête d'un polar classique passeront quant à eux leur chemin.

 

CITRIQ

La vie n'est pas une punition - Pascal DESSAINT, Payot & Rivages collection Rivages/Noir n° 224, 1995, 256 pages

La vie n'est pas une punition - Pascal DESSAINT, Payot & Rivages collection Rivages/Noir n° 224, 1995, 256 pages

« Notre vie avait des hauts et des bas, pas des hauts vraiment hauts, ni des bas vraiment bas, non, c'était somme toute une petite houle, pas de quoi retourner un canot pneumatique. Je me disais que si une tempête en venait à bouleverser la donne, à retourner le canot avec nous dedans, ça ne serait pas de notre faute, à moins d'avoir consulté la météo avant et de n'avoir pas pris en compte les conseils de prudence. Et puis, dans ce cas, il se pouvait aussi que d'autres paramètres, d'autres interventions entrent en jeu sans qu'on y puisse quoi que ce soit. Que la nuit tombe et qu'un autre bateau, plus costaud, nous percute et nous envoie par le fond, par exemple. C'est en gros ce qui arriva. »

Tag(s) : #D...

Partager cet article

Repost 0