Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la fin des années 1960 la Chine connaît sa grande révolution culturelle. Pour Mao Zedong il s'agit de consolider son pouvoir en s'appuyant sur la jeunesse du pays, les « gardes rouges », afin de purger le Parti communiste chinois de ses éléments « révisionnistes », et limiter les pouvoirs de la bureaucratie. Nombre de cadres du Parti, mais également des intellectuels de toutes natures, sont publiquement humiliés, voire sommairement exécutés. C'est sur un tel épisode que s'ouvre Le problème à trois corps de LIU Cixin.

Ye Zhetai est alors un physicien de renom. Il est accusé par la garde rouge d'avoir parlé de la théorie de la relativité dans ses cours d'introduction à la physique. Puisqu'il ne le nie pas, convaincu qu'il est que cette théorie est un principe de base des sciences physiques, et grâce à un témoignage à charge de sa propre épouse, son procès se termine mal, et dans le chaos. Pour sa fille, Ye Wenjie, astrophysicienne elle-même, c'est le point de départ d'un long parcours de  « rééducation » qui la conduira, deux ans plus tard, jusqu'à Côte Rouge, une base militaire secrète destinée à abriter un programme de recherche de potentielles civilisations extraterrestres...

Dès lors LIU développe son intrigue par allers et retours dans la vie de Ye Wenjie, entre sa jeunesse et le crépuscule de sa vie, quelques quatre décennies après la mort de son père. Il fait par ailleurs le choix d'une double narration, d'une part celle d'une enquête policière dans le monde de la recherche, d'autre part celle d'une Hard Science de haut niveau en astrophysique. Si la première assure une parfaite fluidité du récit, les long apartés scientifiques sont pour le moins ardus. Le titre du roman dans sa traduction française le laisse d'ailleurs entendre, celui-ci faisant référence à un problème mathématique fondamental en astronomie, celui de la résolution des équations du mouvement de Newton de corps interagissant gravitationnellement.

Pour autant, ce qui domine à la fin de cette lecture, c'est le grand intérêt que l'on porte à cette histoire. Déjà, même s'ils manquent d'épaisseur, les personnages de LIU Cixin sont crédibles, grâce à leur ancrage dans la réalité historique de la Chine. Ensuite, il aborde une thématique éminemment contemporaine et universelle, celle de la destinée de l'humanité, qu'elle soit terrestre ou extraterrestre. L'auteur opte très clairement pour cette seconde option dans une acception appelée à générer un conflit de plusieurs siècles.

Ce futur chaotique est d'ailleurs appelé à être développé dans deux autres romans, Le problème à trois corps n'étant rien de moins que le tome introductif d'une trilogie éponyme. En attendant, ce roman-ci se suffit à lui-même et pose brillamment les fondements d'un univers et des concepts subjacents. C'est à ce titre qu'il a été doté d'un prix prestigieux en Chine (le Galaxy Award 2006), mais également du prix Hugo 2015 aux Etats-Unis pour sa traduction anglaise signée Ken LIU (a priori sans aucun lien de parenté).

Un mot sur l'édition française pour conclure. On saluera le travail de traduction directement depuis la version originale chinoise. On condamnera en revanche la quatrième de couverture qui dévoile ni plus ni moins tous les éléments de l'intrigue. Il est donc fortement recommandé d'en différer la lecture.

CITRIQ
Le problème à trois corps - LIU Cixin (San Ti, 2006), traduction de Gwennaël GAFFRIC, illustration de YOOZOO Pictures, Actes Sud collection Exofictions, 2016, 432 pages

Le problème à trois corps - LIU Cixin (San Ti, 2006), traduction de Gwennaël GAFFRIC, illustration de YOOZOO Pictures, Actes Sud collection Exofictions, 2016, 432 pages

Tag(s) : #L...

Partager cet article

Repost 0