Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présenté comme une suite du best-seller de Ken FOLLETT, Un monde sans fin en reprend de fait la plupart des ingrédients. Il opte en particulier pour l'unité de lieu (Kingsbridge), met en scène nombre de descendants des personnages initialement créés, tout en leur faisant vivre une destinée pour le moins similaire. L'argument historique est cette fois-ci la mort suspecte du roi Edouard II, soit deux siècles après les événements narrés dans Les piliers de la terre. FOLLETT prend en outre le contre-pied des historiens en laissant entendre que le monarque aurait pu échapper à l'assassinat fomenté par son épouse Isabelle et son amant Mortimer.

Bien que pratique pour l'intrigue, tout cela semble éminemment artificiel, que le lecteur ait lu Les piliers de la terre ou non. Le premier regrettera certainement le passage au second plan des techniques architecturales qui faisaient une bonne partie du charme du premier roman ; le premier et le second étoufferont certainement nombre de bâillements avant de venir à bout d'une histoire cousue de trop nombreux fils blancs, et qui tire en longueur à grand renfort d'anecdotes faciles et répétitives.

Reste que Ken FOLLETT sait capter l'intérêt de ses lecteurs en mettant en scène des personnages mus par toute la palette des sentiments humains. Même si chacun est à la limite de la caricature, en prenant le parti de croire que l'auteur ne la franchit jamais de manière rédhibitoire, on se retrouve alors plongé dans un roman facile mais plaisant.

CITRIQ

Un monde sans fin - Ken FOLLETT (World Without End, 2007), traduction de Viviane MIKHALKOV, Leslie BOITELLE et Hannah PASCAL, Robert Laffont, 2008, 1296 pages

Un monde sans fin - Ken FOLLETT (World Without End, 2007), traduction de Viviane MIKHALKOV, Leslie BOITELLE et Hannah PASCAL, Robert Laffont, 2008, 1296 pages

Tag(s) : #F...

Partager cet article

Repost 0