Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tel que raconté dans l’Odyssée, pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe fut condamné à faire rouler éternellement jusqu'en haut d'une colline un rocher qui en redescendait chaque fois avant de parvenir au sommet... HOMERE ne donnait toutefois aucune explication à ce châtiment, laissant le soin à ses successeurs de le faire. C'est ainsi que certaines traditions justifient la peine de Sisyphe par la réputation de brigand et de malfaiteur qu'il avait acquise de son vivant.

C'est le parti que prend Franck FERRIC, jeune auteur français, mais néanmoins pas totalement débutant, aujourd'hui publié en Lunes d'Encre. Dans son roman il lui fait traverser les siècles, et l'Europe du Nord au Sud, par une succession d'épisodes où il renaît chaque fois dans un contexte de guerre. C'est d'abord au Ier siècle dans le nord de la Germanie, quand Sisyphe ressuscite sur un champ de bataille qui a opposé les tribus barbares à l'armée romaine. C'est ensuite au VIIIème siècle, toujours en Germanie, où il renaît dans une tribu saxonne aux abois face à l'assaut imminent des francs menés par Charlemagne. Au XVIIème siècle il a coup sur coup deux vies distinctes ; dans l'une il renaît pendant la bataille de Rocroi, décisive dans l'issue de la Guerre de Trente Ans, et la suprématie de la couronne de France sur la couronne d'Espagne ; dans l'autre il ressuscite sur un corsaire français qui sillonne la Méditerranée en chassant ses homologues espagnols. A la fin du XVIIIème siècle c'est en Egypte qu'il réapparait, alors que Bonaparte y mène campagne pour disputer le territoire à la Grande Bretagne. En 1942 sa vie se résume à un vol dans un Messerschmitt en pleine bataille de l'Atlantique au-dessus de la Seine-Maritime. Dans un futur indéterminé enfin, l'Humanité est encore et toujours en guerre sur une planète Terre à l'agonie ; depuis l'Ukraine Sisyphe est le témoin impuissant du vain conflit qui oppose les partisans de la survie extraterrestre et ceux qui croient que l'avenir de l'homme demeure terrestre.

Au fil de ses errances Sisyphe apprend et se souvient peu à peu de lui-même. Car si entre chaque vie l'esprit oublie, le corps lui se souvient ; cela passe par nombre de tatouages, mais également par d'innombrables blessures et autres mutilations. Mais c'est par ces conversations avec Charon qu'il en apprend le plus, à commencer par son nom et son histoire (Chapitre 7). Car entre chaque vie humaine, il revient sur les rives du fleuve Achéron qui marque la frontière entre l'âme errante des défunts et les Enfers ; Charon y est le passeur, le nocher qui a pour rôle de transporter sur sa barque, moyennant péage, les âmes des morts vers leur séjour éternel. Mais malheur à celui qui, comme Sisyphe, ne peut s'acquitter du péage. Il est alors condamné à errer sur les rives du fleuve jusqu'à l'oubli et la renaissance, le cycle se répétant indéfiniment jusqu'à l'acquittement des Trois oboles pour Charon.

C'est ainsi que Franck FERRIC nous propose une lecture passionnante du mythe de Sisyphe. Il le transpose intelligemment dans une Humanité dont le développement repose sur la guerre, les conflits devenant de plus en plus destructeurs à mesure que la technologie progresse. Ce faisant il fait du destin de l'Humanité une éternelle répétition des mêmes erreurs, et de celui de son berceau une condamnation aussi lente qu'inéluctable. FERRIC fait ainsi preuve d'une grande érudition sur la mythologie grecque, mais également d'un talent certain pour la reconstitution historique. La structure de son roman, faussement décousue, témoigne aussi de son sens du romanesque, alternant scènes chocs et dialogues percutants dans une ambiance fataliste. Trois oboles pour Charon est finalement de ces oeuvres dont on apprécie l'équilibre mais que dans le même temps on aimerait plus longues ; il est vrai que les renaissances de Sisyphe sont potentiellement infinies et, peut-être, le sujet de publications futures, FERRIC étant également nouvelliste. En attentant, et quoi qu'il en soit, Trois oboles pour Charon est un roman qui se suffit à lui-même et qui sera à coup sûr en bonne place dans les nominations pour les prix littéraires à distribuer l'année prochaine.

CITRIQ

Trois oboles pour Charon - Franck FERRIC (2014), illustration de Bastien LECOUFFE-DEHARME, Denoël collection Lunes d'Encre, 2014, 320 pages

Trois oboles pour Charon - Franck FERRIC (2014), illustration de Bastien LECOUFFE-DEHARME, Denoël collection Lunes d'Encre, 2014, 320 pages

Tag(s) : #F...

Partager cet article

Repost0