Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Compagnie noire, du moins ce qu’il en reste, rentre chez elle, loin au sud, à Khatovar. Comme dans la première trilogie cela donne lieu à différentes rencontres, combats et complots…

Rien de nouveau donc, si ce n’est que nous avons quitté la grisaille du nord pour trouver la moiteur du sud. En outre, Toubib, notre narrateur principal, dirige maintenant la Compagnie. C’est certainement pourquoi il fait passer la Compagnie au second plan au profit de ses états d’âme, sur ses nouvelles fonctions, ses rapports avec les femmes, sa vie en général.

Sans être de la déception, c’est avec un sentiment d’essoufflement que j’ai achevé ce quatrième livre des Annales de la Compagnie noire. Déjà, le fait qu’un personnage prenne le dessus sur la Compagnie fait perdre une bonne partie de son charme à l’histoire qui nous était contée jusque-là. Surtout, les anciennes connaissances qui refont surface me semblent un peu trop téléphonées, et me font craindre des répétitions dans les tomes à venir…

Heureusement, l’écriture est toujours aussi plaisante. Le ton employé par Toubib nous fait parfaitement ressentir le poids des années passées dans la Compagnie. Pour un peu on se croirait mercenaire nous-même, nouvelle recrue, donc au bas de l’échelle, dans la Compagnie noire.

CITRIQ

Jeux d'ombres - Glen COOK (Shadow Games, 1989), traduction de Alain ROBERT, illustration de Didier GRAFFET, L'Atalante collection La Dentelle du Cygne, 2001, 368 pages

Jeux d'ombres - Glen COOK (Shadow Games, 1989), traduction de Alain ROBERT, illustration de Didier GRAFFET, L'Atalante collection La Dentelle du Cygne, 2001, 368 pages

Tag(s) : #C...

Partager cet article

Repost 0