Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelliste américain d'origine chinoise, Ted CHIANG est aussi rare que brillant. Sa bibliographie compte à ce jour 14 nouvelles publiées entre 1990 et 2013, les huit premières étant réunies dans le présent recueil. Multi-primées (Nebula, Hugo, Locus, Theodore Sturgeon, Sidewise), elles le doivent à un impressionnant travail de précision sur des thématiques essentiellement scientifiques, mais aussi religieuses, à la portée de tous ceux qui ne sont pas totalement allergiques à la logique de la hard science.

La Tour de Babylone (Tower of Babylon, 1990)
Hillalum fait partie d'une équipe de mineurs venue participer à la construction de la Tour de Babylone. Car la tour en question est désormais si haute que sa construction consiste à creuser la voûte du ciel. L'exercice n'est toutefois pas sans danger, à tel point qu'un incident dramatique remet en cause bien des croyances. C'est superbement écrit (on s'y croirait) et magnifiquement structuré, comme la tour elle-même... Avec ce premier écrit, Ted CHIANG frappait un grand coup, d'ailleurs récompensé par un Prix Nebula.

Comprends (Understand, 1991)
Un comateux profond est traité avec l'hormone K qui démultiplie son intelligence. Dès lors il a une compréhension acérée du monde qui l'entoure, et même de son propre corps. Il est alors capable de contrôler tout ce qu'il souhaite et seul un humain ayant eu le même traitement est en mesure de l'arrêter. Ted CHIANG signe ici un thriller psycho-scientifique de la plus belle eau.

Division par zéro (Division by Zero, 1991)
La science encore, mathématique cette fois, avec une chercheuse tellement absorbée par ses travaux qu'elle finit par sombrer dans la dépression. Il est vrai qu'elle semble être arrivée à la démonstration que tout ce sur quoi repose les mathématiques est fallacieux. C'est ardu, mais néanmoins pertinent pour qui n'est pas totalement allergique à la logique mathématicienne.

L'Histoire de ta vie (Story of Your Life, 1998)
Une linguiste évoque parallèlement la vie de sa fille et son expérience de communication avec des extraterrestres. CHIANG y invente même une grammaire qui donne à cette longue nouvelle une indéniable beauté. C'est superbe et d'ailleurs doté d'un Nebula et d'un Theodore Sturgeon.

Soixante-douze lettres (Seventy-Two Letters, 2000)
Dans une Angleterre victorienne steampunk, les automates sont vivants et permettent à Ted CHIANG de revisiter les thèmes du Golem et de l'eugénisme. Il s'agit là d'une nouvelle aussi brillante qu'exigeante dotée du prix Sidewise.

L'Évolution de la science humaine (The Evolution of Human Science / Catching Crumbs from the Table, 2000)
Brève nouvelle sous forme d'article de revue scientifique, et d'ailleurs initialement publiée dans Nature, elle décrit l'évolution de la science humaine bien après que les progrès actuels soient arrivés à maturation. C'est pour le moins ardu mais impressionnant de vision à long terme sur le progrès scientifique.

L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent (Hell is the absence of God, 2001)
Cette nouvelle traite de la justice divine par l'intermédiaire du personnage de Neil Fisk, dont la femme a été tuée par l'apparition de l'Ange Nathanaël, et qui cherche à tout prix à découvrir un moyen d'avoir foi en Dieu pour pouvoir la rejoindre au Paradis. En traquant les anges et leurs apparitions il devient « chasseur de lumière ».
Ken LIU s'inspirera de cette nouvelle huit ans plus tard pour L'erreur d'un seul bit (c'est d'ailleurs par elle que j'ai enfin décidé d'exhumer ce recueil de ma PAL). Mais auparavant elle sera dotée du Hugo, du Locus et du Nebula ; rien de moins !

Aimer ce que l'on voit : un documentaire (Liking what you see, a documentary, 2002)
La calli permet de désactiver la zone du cerveau qui perçoit la beauté. Ainsi tous les êtres humains sont désormais égaux quel que soit leur physique. Dans un récit à plusieurs voix Ted CHIANG confronte les opinions sur le sujet. Excellent !

La Tour de Babylone est au final un recueil de haut niveau dont on ne peut qu'apprécier l'originalité des intrigues et leur logique rigoriste. Certains textes ne sont pas dénués non plus d'un bel humanisme qui le rendent véritablement complet. Si ce n'est déjà fait, Ted CHIANG est donc un auteur à découvrir au plus vite.

CITRIQ

La Tour de Babylone - Ted CHIANG (Stories of Your Life and Others, 2002), traduction de Pierre-Paul DURASTANTI et Jean-Pierre PUGI, illustration de MANCHU, Denoël collection Lunes d'Encre, 2006, 352 pages

La Tour de Babylone - Ted CHIANG (Stories of Your Life and Others, 2002), traduction de Pierre-Paul DURASTANTI et Jean-Pierre PUGI, illustration de MANCHU, Denoël collection Lunes d'Encre, 2006, 352 pages

Tag(s) : #C..., #Nouvelles éparses

Partager cet article

Repost 0