Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 25 décembre 1996, la petite JonBenét Ramsey, six ans et demi, est découverte assassinée dans la cave de ses parents à Boulder, petite ville du Colorado. L'affaire soulève une émotion d'autant plus grande que la victime est une « mini-Miss » très célèbre aux Etats-Unis. Du pain béni pour les médias, qui se jettent littéralement sur la famille et alimentent la rumeur à grand renfort d'insinuations, de suspicions et de mensonges destructeurs. A ce jour, l'affaire n'est toujours pas résolue.

Joyce Carol OATES s'est emparé du fait divers en 2008 pour produire une bio-fiction annonçant, deux ans avant, ce qu'elle réalisera sur la vie de Marilyn Monroe avec Blonde. Cette biographie passe par les yeux du frère de la victime (Skyler) qui, dix ans après le meurtre, mais à peine âgé de 20 ans, raconte sa courte vie irrémédiablement marquée par celle de sa soeur (Bliss). Car de son vivant, le frère ne pouvait que passer au second plan face à l'aura de sa prestigieuse petite soeur ; après sa mort il s'est retrouvé plongé dans un univers d'établissements médicalisés, de psychiatres et de drogues plus ou moins légales. Le père est quant à lui un homme d'affaires ambitieux le plus souvent absent, la mère une arriviste forcenée et manipulatrice sans scrupules vis-à-vis de ses enfants ; dans le meilleur des cas les deux sont d'une vulgarité sans nom, les dignes représentants du beauf américain de notre imaginaire collectif.

Pour Skyler, le récit de sa vie a quelque chose d'une thérapie après que toutes les autres, plus conventionnelles, aient échouées. Il semble coucher sur le papier des souvenirs bruts tels qu'ils lui reviennent donnant une impression au lecteur de déstructuration. La technique narrative a comme premier mérite d'enrichir considérablement la psychologie du personnage ; par ailleurs elle permet de développer une intrigue dans laquelle émerge peu à peu l'identité du coupable. Rien que de ce point de vue la maîtrise du récit par Joyce Carol OATES est assez incroyable.

Nombre de thèmes traditionnels chez l'auteure sont développés ici (la vanité des femmes, la bêtise des hommes, les rapports entre les deux comme cause des dysfonctionnements familiaux). On peut y ajouter pour ce roman le vampirisme des médias et les dérives de la psychanalyse. Tout cela contribue à faire de Petite soeur, mon amour un roman psychologique particulièrement fin et fort, souvent bouleversant, une nouvelle grande réussite de Joyce Carol OATES.

CITRIQ

Petite soeur, mon amour - Joyce Carol OATES (My Sister, My Love : The Intimate Story of Skyler Rampike, 2008), traduction de Claude SEBAN, Philippe Rey, 2010, 672 pages

Petite soeur, mon amour - Joyce Carol OATES (My Sister, My Love : The Intimate Story of Skyler Rampike, 2008), traduction de Claude SEBAN, Philippe Rey, 2010, 672 pages

Tag(s) : #O...

Partager cet article

Repost 0