Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A vingt-neuf ans Peter Sinclair est à la croisée des chemins. Il a récemment perdu son père et il vient de perdre son emploi, bientôt suivi de son appartement londonien ; enfin il se sépare subitement et brutalement de sa compagne. Pour se reconstruire il s'isole dans une campagne britannique dans laquelle il ressent un irrépressible besoin d'écrire son autobiographie. Mais l'exercice n'est pas forcément simple pour un néophyte, et c'est progressivement qu'il atteint son objectif, la solution pour Peter Sinclair passant par la fiction dans laquelle il projette sa propre personnalité...

Et bientôt la frontière entre la réalité et la fiction devient de plus en plus floue, les mondes réel et parallèle finissant par se confondre, l'un étant strictement le reflet de l'autre, sans que le protagoniste, et le lecteur avec lui, ne puissent affirmer avec certitude lequel est fantasmé. Comme d'habitude avec Christopher PRIEST, aucune réponse définitive n'est apportée, même la dernière phrase du roman n'étant pas achevée. Seules les hypothèses d'une quête d'identité sont posées par petites touches délicates. Ce faisant, l'auteur aborde également des thèmes éminemment universels (l'immortalité), mais également personnels (l'acte d'écriture).

L'univers imaginé/vécu par Peter Sinclair prend place dans l'Archipel du Rêve, un ensemble d'îles enclavé entre deux continents qui se livrent à une guerre si ancienne que son origine est inconnue. Cette zone géographique se caractérise aussi par sa neutralité dans le conflit, permettant à ses habitants de vivre en dehors des réalités du monde extérieur. C'est d'ailleurs sur l'une de ces îles que Sinclair est invité à recevoir le don d'immortalité, consécutivement à l'achat d'un billet de loterie gagnant. On retrouve plus (L'Archipel du Rêve) ou moins (Le glamour) directement ce lieu singulier dans d'autres oeuvres de l'auteur, le tout formant un cycle éminemment original dans le champ des littératures de l'imaginaire.

A cette originalité s'ajoute une grande force littéraire, que ce soit dans le style de Christopher PRIEST, dans les idées qu'il y développe ou dans la structure de son récit. Si La fontaine pétrifiante est un roman déroutant pour le lecteur qui ne connaît pas l'auteur, il est aussi une oeuvre extrêmement riche, qui restera gravée longtemps dans sa mémoire et suscitera inévitablement un besoin relecture pour en appréhender tous les innombrables trésors.

CITRIQ

La Fontaine pétrifiante - Christopher PRIEST (The Affirmation, 1981), traduction de Jacques CHAMBON, illustration de Éric SCALA, Gallimard collection Folio SF n° 128, 2003, 370 pages

La Fontaine pétrifiante - Christopher PRIEST (The Affirmation, 1981), traduction de Jacques CHAMBON, illustration de Éric SCALA, Gallimard collection Folio SF n° 128, 2003, 370 pages

Tag(s) : #P...

Partager cet article

Repost 0