Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a trente ans le Spin disparaissait et le portail vers le Nouveau Monde était ouvert. Aujourd'hui l'humanité a colonisé ce dernier. Isaac y est un petit garçon doté d'étranges pouvoirs élevé au sein d’une communauté perdue en plein désert. Lise Adams y recherche son père mystérieusement disparu depuis douze ans. Turk Findley est quant à lui un baroudeur dont les aventures vont le rattacher intimement aux deux premiers. Un 34 août, alors qu’Isaac se promène dans le désert et que Lise et Turk sortent dîner, une pluie de cendres grises balaye la planète. D’où viennent ces cendres ? Sont-elles de nature minérale ou organique ? Sont-elles liées aux Hypothétiques, les toujours aussi mystérieux créateurs du Spin et du portail vers le Nouveau Monde ?
 

Suite directe d'un roman exceptionnel, Axis est probablement très attendu par bon nombre de lecteurs de Spin. D'une part, ils ont probablement hâte de découvrir la suite de la destinée de l'humanité au regard de la mort annoncée du soleil. D'autre part, ces mêmes lecteurs se demandent certainement comment Robert Charles WILSON parviendra à se renouveler, d'autant qu'il s'essaye pour la première fois ici à l'exercice du cycle.


De fait, avec Axis, il n'y a pas d'immersion dans un nouvel univers, comme on en a l'habitude quand on ouvre n'importe quel autre roman de cet auteur. Cela limite donc l'effet de surprise que la découverte de ses idées originales suscitait jusqu'alors. De même, alors que ses personnages les plus marquants sont généralement développés sur plusieurs décennies, ici il ne les suit que sur quelques semaines, ce qui nuit à leur profondeur et à l'émotion qu'ils suscitent chez le lecteur. L'humain et sa vie en société restent néanmoins au coeur de son intrigue, mais ils s'effacent quelque peu au profit d'un thriller pré-apocalyptique, certes parfaitement cohérent, mais bien moins riche et émouvant que dans Spin.


C'est donc avec une certaine déception que l'on referme ce roman. Mais déception n'est pas ici synonyme de médiocrité, bien au contraire. L'intrigue se suit en effet avec grand plaisir, WILSON l'ayant parfaitement structurée, comme il nous en a donné l'habitude. Il poursuit simplement le développement de son idée de départ, posant d'innombrables questions auxquelles il n'apporte que rarement une réponse, en tout cas définitive. Les fins ouvertes sont certes une habitude chez WILSON, mais celle d'Axis l'est bien plus encore que dans ses autres romans.
 

Au final, retenons qu'Axis paye simplement les grandes qualités de Spin, se posant comme un roman mineur après une oeuvre majeure. Cela n'empêche donc pas de prendre beaucoup de plaisir à cette lecture ; cela n'empêche pas non plus d'attendre la conclusion annoncée du cycle avec impatience. D'ailleurs, de l'aveu même de Robert Charles WILSON, « Axis a réellement besoin de Vortex pour s’achever correctement »1.

 

CITRIQ

Axis - Robert Charles WILSON (Axis, 2007), traduction de Gilles GOULLET, illustration de MANCHU, Denoël collection Lunes d'Encre, 2009, 400 pages

Axis - Robert Charles WILSON (Axis, 2007), traduction de Gilles GOULLET, illustration de MANCHU, Denoël collection Lunes d'Encre, 2009, 400 pages

Tag(s) : #W...

Partager cet article

Repost0