Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texas, début des années 1960. Elliot et Clarence, deux demi-frères de respectivement 18 et 17 ans, ont passé le plus clair de leur enfance dans des orphelinats et autres maisons de correction depuis que leur mère a été assassinée par le père du second. La malédiction se poursuit quand un psychopathe les prend en otages pour échapper à la peine capitale. S'engage alors une course-poursuite meurtrière avec laquelle débute une complexe partie d'échecs, d'une part entre les trois principaux protagonistes, d'autre part entre eux et à la police.

Le nouveau roman de R. J. ELLORY publié en France s'inscrit très clairement dans la veine du grand classique de Truman CAPOTE, et pas uniquement parce que l'on y trouve une référence explicite dans le dernier tiers du roman. On trouve aussi des similitudes dans le pitch de départ des deux romans, à savoir une série de meurtres gratuits, et d'une extrême violence. On trouve surtout le même mode de traitement de ces deux sordides histoires, à savoir une narration axée sur le détail devant expliciter les raisons de tels actes. Comme De sang-froid, Mauvaise étoile se veut avant tout un roman psychologique, une analyse fine du caractère de personnages que tout oppose, qu'il s'agisse des meurtriers ou des victimes.

L'unique différence, au-delà du caractère imaginaire du roman d'ELLORY, est peut-être à rechercher dans le fait que quand CAPOTE s'intéressait longuement à la peine de mort, le britannique préfère se concentrer sur les choix de vie de deux personnages au départ très proches, mais que la destinée éloigne infiniment et à jamais. Ainsi l'un trouve-t-il le chemin de la rédemption et se rapproche-t-il imperceptiblement de son eldorado, tandis que l'autre refuse cette voie et préfère choisir celle du purgatoire.

Mauvaise étoile ne brille donc pas pour son originalité. En revanche ELLORY confirme une fois de plus qu'il est un formidable conteur, un écrivain doté d'une empathie exceptionnelle envers ses personnages, et qui sait la partager avec ses lecteurs.

 

CITRIQ

Mauvaise étoile - R. J. ELLORY (Bad Signs, 2011), traduction de Fabrice POINTEAU, Sonatine, 2013, 544 pages

Mauvaise étoile - R. J. ELLORY (Bad Signs, 2011), traduction de Fabrice POINTEAU, Sonatine, 2013, 544 pages

Tag(s) : #E...

Partager cet article

Repost 0