Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fortune des Rougon est le premier volume de la série Les Rougon-Macquart. Il se déroule dans la ville fictive de Plassans, inspirée d'Aix-en-Provence, où Zola a passé une partie de sa jeunesse, et de Lorgues, dans le Var, où se sont déroulés en décembre 1851 les événements insurrectionnels décrits dans le roman.

Comme Emile Zola l'explique dans sa préface, il s'agit du roman des origines en ce sens qu'il marque le début de la généalogie des Rougon-Macquart. Celle-ci démarre avec Adélaïde Fouque, née en 1768, qui épouse un certain Rougon avec qui elle a un fils, Pierre Rougon. À la mort prématurée de son mari, elle vit en concubinage avec Macquart qui lui donne deux enfants : Ursule et Antoine. Le père meurt lui aussi rapidement et Adélaïde terminera sa vie dans la solitude. Ses trois enfants donnent toutefois naissance aux trois branches de la famille qui seront suivies tout au long de la série de vingt romans qu'écrira Zola entre 1871 et 1893 ; il s'agit des Rougon, chez qui prédominent l’appât du gain et l’appétit du pouvoir, des Macquart, où l'on retrouve la fragilité mentale de l'aïeule et l'alcoolisme du père, et des Mouret (issus du mariage d'Ursule Macquart), branche où se retrouvera tantôt les caractéristiques des Rougon, tantôt celles des Macquart.

Rappelons aussi que le propos de Zola dans sa série des Rougon-Macquart est de proposer une Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. La fortune des Rougon correspond comme il se doit aux débuts de ce système constitutionnel, et dont l'acte fondateur est le coup d'État du 2 décembre 1851. On en connaît les répercussions au niveau national, en l'occurrence un régime autoritaire dirigé d'une main de fer par Napoléon III, jusqu'à la débâcle de 1870 face aux prussiens. Au niveau local, c'est l'occasion pour les Rougon de s’emparer du pouvoir politique à Plassans, et ce en quelques jours seulement. Le romanesque du récit est complété par ailleurs par une histoire d’amour entre Silvère Mouret, fils d’Ursule, et Miette, fille d’un braconnier condamné aux galères.

S'inspirant de La Comédie humaine d'Honoré de BALZAC, Emile Zola donnait alors naissance au naturalisme, mouvement littéraire fortement mâtiné des observations de ce que l'on appellerait aujourd'hui les sciences sociales. L'idée est alors de montrer la société telle qu'elle est et de tenter une mesure objective des réalités humaines dans un tel contexte. Tant de ce point de vue que de celui de ses qualités strictement romanesques, La fortune des Rougon n'est certainement pas le roman le plus marquant de la série ; on regrettera en particulier le fait que le coup d'état semble noyé dans la masse de détails historiques concernant la descendance d'Adélaïde Fouque ; on regrettera aussi le caractère artificiel de l'histoire d'amour entre Silvère et Miette, ce qui ne retire rien à sa beauté tragique. Néanmoins le roman est une introduction indispensable pour qui veut appréhender une oeuvre dans sa globalité, soit parce qu'elle est depuis longtemps entrée dans le patrimoine mondial de la littérature, soit parce que, quoi qu'on en dise, elle demeure aujourd'hui d'une lecture aussi plaisante qu'intéressante.

La fortune des Rougon - Emile ZOLA (1871), Bibebook

La fortune des Rougon - Emile ZOLA (1871), Bibebook

Tag(s) : #Z

Partager cet article

Repost 0