Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Premier tome d'une trilogie historique, La pierre de vie conte l'histoire d'un jeune noble qui abandonne sciemment ses titres et propriétés pour consacrer sa vie à sa passion, la taille de la pierre. Il est vrai qu'en ce début de XIIIème siècle la construction de cathédrales est à son apogée, les bâtisseurs formant une caste reconnue. C'est ainsi que le talentueux Harry Talvace est recruté par Ralf d'Isambard, seigneur de Parfois qui, de retour des Croisades, désire faire bâtir une église sur ses terres à la frontière galloise. Mais la situation de l'Angleterre sous le règne du roi Jean sans Terre est chaotique et la construction doit composer avec les incursions galloises, pendant que le roi guerroie pour tenter de recouvrer les terres françaises dont il a été dépossédé par Philippe Auguste.

 

Encore est-il que ce contexte politique demeure en toile de fond, le propos d'Edith PARGETER, alias Ellis PETERS, étant bel et bien le destin exceptionnel d'Harry Talvace. Insoumis, droit et charismatique, celui-ci se bat dès sa plus tendre enfance contre les injustices, monnaie courante au Moyen-Age. C'est ce qui le conduit à se réfugier en France, alors qu'il n'a que quinze ans, et pendant une dizaine d'années. C'est d'ailleurs à Paris qu'il achève sa formation et qu'il est recruté par d'Isambard. De retour en Angleterre, il est confronté à de nouvelles difficultés, autrement plus dramatiques cette fois-ci.

 

Un tel choix narratif n'est bien sûr pas sans rappeler le best-seller international que Ken FOLLETT publiera près de trente années plus tard. Entre un personnage principal au destin hors du commun, les détails techniques sur la construction des cathédrales, et une histoire d'amour touchante, tous les ingrédients sont réunis pour que La pierre de vie ait le même statut que son illustre cadet. Bien sûr certains lecteurs pourront regretter qu'on ne puisse pas exalter l'honneur, l'amitié et l'amour sans payer le prix d'une certaine mièvrerie dans quelques situations, mais force leur sera aussi de reconnaître que cette lecture aura été fort agréable, et qu'elle ne peut qu'inciter à programmer celle de la suite à plus ou moins brève échéance.

 

CITRIQ

La pierre de vie - Edith PARGETER (The Heaven Tree, 1960), traduction de Annick Le GOYAT, 10/18 collection Grands détectives n° 3432, 2002, 480 pages

La pierre de vie - Edith PARGETER (The Heaven Tree, 1960), traduction de Annick Le GOYAT, 10/18 collection Grands détectives n° 3432, 2002, 480 pages

Tag(s) : #P...

Partager cet article

Repost 0