Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Son renvoi de la NASA n'a pas diminué la passion de Reid Malenfant pour l'espace. Il emploie même son temps et sa fortune à bâtir un projet visant à exploiter les ressources des astéroïdes. Sa rencontre avec Cornelius Taine, représentant d'une organisation aussi scientifique que mystique, accélère encore un peu plus les choses. Celui-ci le convainc que l'humanité est condamnée à l'horizon de deux siècles, qu'un message en provenance du futur a été capté, et que son origine est un astéroïde bien précis, Cruithne, parfois surnommé « seconde lune de la Terre ». Dès lors plus rien de peut arrêter Reid Malenfant, ni la loi, ni la morale... 

 

Stephen BAXTER n'ayant pas pu lui-même devenir astronaute, il y a probablement une part autobiographique dans son récit. De fait il montre comment la NASA, en contrôlant tout le programme spatial des Etats-Unis, en est arrivée à produire plus de papiers que de résultats concrets. Dès lors, le seul moyen d'aller de l'avant est de faire appel aux programmes privés, les seuls à même d'échapper à la sclérose administrative en matière d'exploration spatiale. 

 

Mathématicien de formation, BAXTER se veut aussi vulgarisateur scientifique. De la conception des vaisseaux spatiaux à la physique quantique, il décrit dans les moindres détails les concepts qu'il est nécessaire de maîtriser pour comprendre l'espace et le conquérir. A ce niveau son roman est à classer dans la catégorie de la Hard Science et nécessite toute l'attention du lecteur en dépit de la simplification du propos ; c'est aussi à ce niveau que le lecteur réfractaire à la rigueur scientifique risque de ressentir quelques longueurs pendant sa lecture. 

 

L'auteur se veut enfin philosophe quand en toile de fond il aborde des sujets universels tels que le sens de la vie ou la mort de l'espèce humaine. Car l'Homme ne peut accepter l'idée qu'il disparaîtra un jour, pas même quand le Soleil s'éteindra, et notre monde avec lui, puisque l'existence d'univers parallèles fait partie de l'imaginaire collectif, en attendant d'être démontrée, puis de partir à leur conquête. C'est en tout cas la théorie développée par Stephen BAXTER, et qui donne son titre français à la trilogie dont Temps est le premier tome. 

 

Avec ce roman le lecteur est plongé dans une grande aventure, très proche de nous grâce à sa crédibilité politique et scientifique. Tout n'est pas parfait pour autant, à commencer par les longueurs déjà évoquées. Mais BAXTER oublie aussi d'intégrer à la richesse de son propos celle de ses personnages, auxquels on ne parviendra guère à s'attacher, et même celle de l'humanité toute entière, qui semble relativement impassible face à la fin du monde annoncée. De ce strict point de vue le lecteur a la démonstration que n'est pas Robert Charles WILSON qui veut.

 

CITRIQ

Les Univers multiples - Stephen BAXTER (The Manifold Trilogy) ; Temps (Time, 1999), traduction de Sylvie DENIS et Roland C. WAGNER, illustration de Alain BRION, Fleuve Noir collection Rendez-vous ailleurs, 2007, 552 pages

Les Univers multiples - Stephen BAXTER (The Manifold Trilogy) ; Temps (Time, 1999), traduction de Sylvie DENIS et Roland C. WAGNER, illustration de Alain BRION, Fleuve Noir collection Rendez-vous ailleurs, 2007, 552 pages

Tag(s) : #B...

Partager cet article

Repost 0