Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sauvagerie est un court roman prenant la forme du journal circonstancié du docteur Richard Greville, psychiatre appelé en renfort par la police pour enquêter sur le massacre de Pangbourne Village dans lequel tous les adultes ont été retrouvés assassinés, et tous les enfants ont disparu.

 

J. G. BALLARD situe son roman dans la seconde moitié des années quatre-vingt dans une banlieue résidentielle de Londres. La réussite sociale y était la norme, la sécurité maximale. Des caméras de surveillance étaient d'ailleurs disséminées partout dans le village et deux gardes se relayaient 24 heures sur 24. C'était les années Thatcher, celles de l'ultra-libéralisme, et de la logique ultra-sécuritaire.

 

A cet égard, l'enquête de Richard Greville est effroyable. La technique narrative est à son image : factuelle, précise et glaciale. C'est ni plus ni moins que le reflet d'une société totalement aseptisée, mais néanmoins non sans faiblesses. Le dénouement fait réellement froid dans le dos.

 

Sauvagerie est donc un récit percutant. Parfaitement écrit, il est représentatif d'une bonne part de l'oeuvre de BALLARD, celle de cette anticipation sociale qu'il revendiquait comme court-termiste puisque plus représentative d'un « présent visionnaire » que d'un « futur inventé ». Sa taille peut d'ailleurs en faire une bonne introduction à l'oeuvre ballardienne dans son ensemble.

 

CITRIQ

Sauvagerie - James Graham BALLARD (Running Wild, 1988), traduction de Robert LOUIT, Tristram, 2008, 128 pages

Sauvagerie - James Graham BALLARD (Running Wild, 1988), traduction de Robert LOUIT, Tristram, 2008, 128 pages

Tag(s) : #B...

Partager cet article

Repost 0