Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le roi des îles Sous-le-Vent, en Polynésie, agonise. Son fils aîné, Tutapu, compte bien prendre le pouvoir à sa place, même si cela implique d'éliminer son frère cadet, Tangiia. Ce dernier, parfaitement conscient du danger, l'anticipe et prend la mer avec quelque deux cents de ses fidèles, dont Seumas, un Pict enlevé lors d'une expédition précédente à Albainn (la Grande Bretagne) et Nau Ariki, la promise de Tutapu. Furieux, Tutapu compte bien ne pas en rester là et traquer Tangiia jusqu'à sa nouvelle terre promise...

 

Sous couvert d'une intrigue relativement simple, Garry KILWORTH nous propose avec Le manteau des étoiles une Fantasy d'une intelligence rare et totalement dépaysante. Son propos est en effet de faire découvrir à ses lecteurs la culture et la cosmogonie polynésienne dans un cadre digne de l'Odyssée. La course-poursuite des deux frères n'est en effet qu'un prétexte à la découverte d'un peuple méconnu par le biais d'aventures aussi palpitantes qu'enrichissantes. C'est la vie matérielle des polynésiens bien sûr, navigateurs et pêcheurs émérites, mais aussi guerriers farouches. C'est leur vie spirituelle également, par le biais d'un panthéon de divinités aussi impitoyables que réelles. C'est pour cette dernière caractéristique que le roman de KILWORTH peut être comparée à l'oeuvre d'HOMERE, les dieux intervenant à tout moment de la vie des hommes, étant destinés de fait à arbitrer le conflit qui oppose les deux frères.

 

Une autre idée intéressante est celle de faire se rencontrer les cultures polynésienne et celte. L'idée peut paraître incongrue de prime abord, mais elle rappelle là aussi la géographie approximative des oeuvres d'HOMERE, et permet au lecteur occidental d'avoir le point de vue d'une culture qu'il connaît bien sur les moeurs de celle qu'il a toutes les chances de ne pas connaître.

 

Quant à la prose de Garry KILWORTH, elle est facile d'accès et parfaitement fluide, le lecteur perdu dans le panthéon des divinités et le vocabulaire polynésien pouvant toujours se reporter aux glossaires en fin de volume. En outre, le récit des aventures des hommes, alterné avec le regard des dieux sur leurs actes, et les contes et légendes locaux, donne au roman un rythme soutenu qui tient captif l'intérêt du lecteur.

 

Le manteau des étoiles est donc une oeuvre de Fantasy qui sort des sentiers battus pour l'univers qu'il décrit. Rien que pour cela elle mérite de retenir l'attention des amateurs d'un genre qui ne se renouvelle pas si souvent. Ils auront alors l'occasion de vivre une expérience de lecture aussi divertissante qu'intéressante.

 

CITRIQ

Les rois navigateurs - Garry KILWORTH (The Navigator Kings) : Le Manteau des étoiles (The Roof of Voyaging, 1996), traduction de Sandra KAZOURIAN, illustration de Didier GRAFFET, Livre de Poche collection Fantasy n° 27066, 2008, 576 pages

Les rois navigateurs - Garry KILWORTH (The Navigator Kings) : Le Manteau des étoiles (The Roof of Voyaging, 1996), traduction de Sandra KAZOURIAN, illustration de Didier GRAFFET, Livre de Poche collection Fantasy n° 27066, 2008, 576 pages

Tag(s) : #K...

Partager cet article

Repost 0