Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ils sont quatre étudiants new-yorkais d'une petite vingtaine d'années. Il y a Timothy, le fils à papa dominateur et sûr de lui, Oliver, l'orphelin pauvre qui veut grimper l'échelle de la société à la seule force de son travail, Ned, l'artiste bisexuel qui ne cesse de douter sur sa condition, et Eli, le juif lettré introverti qui découvre dans les archives d'une bibliothèque le Livre des Crânes et qu'il s'empresse de traduire.
 

« La vie éternelle nous t'offrons. » Telle est en substance le contenu du livre. Mais pour recevoir ce don il faut se rendre dans un monastère perdu dans le désert de l'Arizona. Il faut aussi être quatre car le vieux grimoire précise encore « deux qui trouvent la vie éternelle, deux qui trouvent la mort. » Entre amusement, curiosité, scepticisme et véritable foi, l'attrait de l'immortalité est le plus fort pour les quatre amis qui prennent la route pour traverser les Etats-Unis.
 

C'est l'occasion pour eux de faire un retour sur eux-mêmes, de nous raconter tour à tour les étapes de leur quête initiatique, de nous livrer leurs réflexions sur l'identité et l'altérité, de dépasser ainsi les différences sociales, religieuses, psychologiques et sexuelles qui les opposent en apparence. Chacun est finalement amené à se regarder dans un miroir et à tenter de définir leur condition d'être humain. C'est sur la vie, cette ligne de temps délimitée par la naissance et par la mort, qu'ils sont amenés à se pencher.
 

Avec Le Livre des Crânes Robert SILVERBERG nous livre lui une autre oeuvre d'une grande profondeur, comme la plupart de celles qu'il a produit à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. Et ce n'est pas parce que la dimension Fantastique du roman reste au second plan que l'amateur de littératures de l'imaginaire doit s'en détourner. Au contraire, les thèmes qui y sont développés sont universels et contribueront à l'épanouissement de tous. Puisque ce n'est pas si commun dans les littératures de genre, il est urgent d'en profiter.

 

CITRIQ

Le livre des crânes - Robert SILVERBERG (The Book of Skulls, 1972), in Voyage au bout de l'esprit, traduction de Guy ABADIA, illustration de Didier THIMONIER, Presses de la Cité collection Omnibus, 1998, pp. 179 à 352

Le livre des crânes - Robert SILVERBERG (The Book of Skulls, 1972), in Voyage au bout de l'esprit, traduction de Guy ABADIA, illustration de Didier THIMONIER, Presses de la Cité collection Omnibus, 1998, pp. 179 à 352

Tag(s) : #S...

Partager cet article

Repost 0