Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite directe de La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette, le troisième tome de la trilogie Millénium ne peut se lire indépendamment du deuxième ; logiquement, on trouve donc dans La reine du palais des courants d'air les mêmes qualités et défauts que dans les précédents romans.

 

Les premières sont des personnages principaux charismatiques, en particulier la jeune femme asociale, et une intrigue aussi bien construite que rythmée. Les seconds sont à rechercher dans la simplicité et le manichéisme de cette même intrigue, les trop nombreuses longueurs du récit dues aux digressions que l'auteur dissémine ici et là, et le côté racoleur de certaines scènes.

 

A l'heure du bilan, l'impression demeure identique à celle laissée par la lecture des tomes successifs. L'oeuvre est très largement surestimée par la critique mais se veut un divertissement agréable. Ni plus, ni moins.

 

CITRIQ

La reine du palais des courants d'air - Stieg LARSSON (Luftslottet som sprängdes, 2007), traduction de Lena GRUMBACH et Marc DE GOUVENAIN, Actes Sud collection Actes Noirs, 2007, 720 pages

La reine du palais des courants d'air - Stieg LARSSON (Luftslottet som sprängdes, 2007), traduction de Lena GRUMBACH et Marc DE GOUVENAIN, Actes Sud collection Actes Noirs, 2007, 720 pages

Tag(s) : #L...

Partager cet article

Repost 0