Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Erlendur Sveinsson, plus connu sous son seul prénom Erlendur, est le personnage principal d'une série de romans policiers de l'auteur islandais Arnaldur INDRIDASON. Il est commissaire de police à Reykjavík et sa vie personnelle peut s'apparenter à un véritable désastre. Il n'a en particulier guère plus que des relations conflictuelles avec son ex-femme et ses deux enfants, ces derniers ayant de surcroît de graves problèmes de drogue.

La cité des jarres est le premier roman traduit en français qui le met en scène (le troisième en version originale). Erlendur y enquête sur l'assassinat d'un vieil homme solitaire, lequel s'avère être l'auteur de plusieurs viols impunis dans les années 1960. Erlendur pressent que la solution de l'enquête est à rechercher dans le lien entre ces deux affaires, mais la preuve est pour le moins difficile à trouver, près de quarante années séparant les deux époques...

Présentée comme cela, l'intrigue de La cité des jarres est simple. De fait, elle l'est, et c'est même ce qui fait sa force. Car Arnaldur INDRIDASON a son style bien à lui et c'est avec une grande économie de moyens qu'il nous raconte son histoire, et les vies brisées qui la traverse. Ce sont celles des victimes bien sûr, mais aussi celle du personnage principal dont la vie est d'une terrible tristesse, à l'image du pays dans lequel elle se déroule.

Cela n'empêche pas Erlendur de faire preuve d'une véritable empathie envers les victimes et les témoins qu'il rencontre. Bien qu'en difficulté lui-même, et avec ses manières bourrues, il mène son enquête avec intuition et sensibilité et tente tant bien que mal d'apaiser les douleurs de son prochain. Cela fait de lui un personnage profondément attachant, on ne peut plus éloigné du héros invincible, et que l'on aura à coup sûr grand plaisir à suivre au fil de ses enquêtes.

Le lecteur français pourra aussi avoir plaisir à découvrir une culture éloignée de la sienne, l'Islande n'étant pas souvent un terrain privilégié pour la littérature, qu'elle soit policière ou non. Enfin, l'intrigue de La cité des jarres n'est pas aussi simple qu'il ne paraît de prime abord, et c'est avec un plaisir non dissimulé que le lecteur se laisse prendre dans ses méandres.

CITRIQ

La cité des jarres - Arnaldur INDRIDASON (Mýrin, 2000), traduction de Eric BOURY, Métailié, 2005, 288 pages

La cité des jarres - Arnaldur INDRIDASON (Mýrin, 2000), traduction de Eric BOURY, Métailié, 2005, 288 pages

Tag(s) : #I...

Partager cet article

Repost 0