Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Drood se veut avant tout une biographie imaginaire de Charles DICKENS et de son ami, écrivain lui aussi, Wilkie COLLINS. Narrée par ce dernier, elle est centrée sur les cinq dernières années de la vie du célèbre écrivain, mais fait également référence à des évènements antérieurs. Par ce biais Dan SIMMONS développe une intrigue dans laquelle se mêlent des éléments relevant tant du thriller que du fantastique, et qui est centrée sur Edwin Drood, le personnage éponyme du dernier roman de DICKENS, resté inachevé à sa mort, et autour duquel circulent depuis de nombreuses spéculations littéraires.

 

Dan SIMMONS se joint donc à ce concert de théories en faisant de Drood un personnage qui hante littéralement les esprits de DICKENS et de COLLINS à partir du moment où le premier le croise dans les débris de l'accident de train duquel il réchappe miraculeusement en 1865. Le lecteur est alors plongé dans l'ambiance glaciale d'une Angleterre victorienne, en particulier dans les bas-fonds londoniens. C'est en effet dans ces lieux que Drood semble avoir établi son quartier général, lequel commande aux activités d'une espèce de secte d'obédience égyptienne. Par ce biais l'auteur évoque le mesmérisme, en d'autres termes le magnétisme animal, lequel est à l'origine de nombreuses théories sur l'hypnose.

 

C'est ainsi que l'un des thèmes développés par SIMMONS est celui du pouvoir exercé sur autrui. C'est le pouvoir de l'hypnotiseur sur l'hypnotisé bien sûr ; mais c'est aussi celui d'un auteur destiné à passer à la postérité (DICKENS) sur celui qui ne peut espérer guère plus qu'un succès d'estime avant de sombrer dans l'oubli (COLLINS). C'est aussi une élégante façon d'évoquer le rôle de l'écrivain dans la société, ainsi que le processus créatif, celui-ci étant en l'occurrence éminemment lié à l'usage de drogues.

 

En cela, l'essentiel du roman est bel et bien son caractère biographique, le narrateur parlant même d'« essai » concernant son oeuvre. De fait les références et analyses littéraires sont innombrables, et vont bien au-delà de la seule oeuvre de DICKENS. C'est d'ailleurs pourquoi le roman est massif et peut donner la sensation de longueurs au lecteur qui ne recherche que de l'action. Mais Dan SIMMONS n'est pas le premier venu et la qualité de sa prose est telle qu'il parvient toujours à susciter et renouveler l'intérêt de son intrigue, sans même parler d'un final particulièrement brillant. Il évoque aussi l'Angleterre victorienne, sa littérature, et son imagerie traditionnelle d'une manière particulièrement originale. En d'autres termes, Drood est un excellent roman, qui se démarque en outre de la production traditionnelle de l'auteur.

 

CITRIQ

Drood - Dan SIMMONS (Drood, 2009), traduction de Odile DEMANGE, illustration de Ken ROSENTHAL, Robert Laffont, 2011, 880 pages

Drood - Dan SIMMONS (Drood, 2009), traduction de Odile DEMANGE, illustration de Ken ROSENTHAL, Robert Laffont, 2011, 880 pages

Tag(s) : #S...

Partager cet article

Repost 0