Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un futur proche, la ville de Blind Lake, Minnesota, abrite une station d'observation astronomique. Grâce à une technologie quantique qu'ils ne maîtrisent pas totalement, les scientifiques peuvent observer des planètes éloignées de la Terre de plusieurs dizaines d'années-lumière, et même leurs habitants. Le Sujet, autochtone d'UMa47/E, fait ainsi l'objet de nombreuses conjectures, en dépit de sa passivité relative. Et c'est quand il sort de cette passivité que Blind Lake est mise en quarantaine par l'armée américaine...
 

Avec Blind Lake on retrouve tant le fonds que la forme des romans qui ont fait le succès de Robert Charles WILSON. Partant d'une idée aussi originale que crédible, il jette un regard profondément humain sur ses personnages en leur faisant affronter une situation qui les dépasse. Ainsi chacun réagit selon son caractère et ses affinités face à l'isolement et à l'inconnu, l'ensemble évoquant une société humaine miniaturisée mais probablement représentative de la réelle. Les sentiments sont donc au coeur de l'intrigue, bien que de manière un peu moins aboutie que dans les romans majeurs de l'auteur. En contrepartie il nous propose aussi une réflexion intéressante sur la communication entre des êtres fondamentalement différents.


Fidèle à son habitude, WILSON nous propose également une fin ouverte, qui laissera sur leur faim les esprits les plus cartésiens, mais qui contribue, qu'on le veuille ou non, à la poésie de ce roman et l'installe définitivement comme une nouvelle oeuvre intelligente et subtile d'un grand romancier.

 

CITRIQ

Blind Lake - Robert Charles WILSON (Blind Lake, 2003), traduction de Gilles GOULLET, illustration de MANCHU, Gallimard collection Folio SF n° 349, 2009, 482 pages

Blind Lake - Robert Charles WILSON (Blind Lake, 2003), traduction de Gilles GOULLET, illustration de MANCHU, Gallimard collection Folio SF n° 349, 2009, 482 pages

Tag(s) : #W...

Partager cet article

Repost 0