Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pendant la Grande Dépression américaine Schell et ses deux coéquipiers jouent de la crédulité des plus riches en organisant des séances de spiritisme. Les trucages les plus sophistiqués sont bien évidemment la règle, jusqu'au jour où Schell n'arrive pas à expliquer un phénomène : l'apparition de l'image d'une fillette disparue sur le panneau vitré d'une porte. Il n'a alors de cesse de chercher une explication, ce qui passe par la quête de l'enfant et in fine l'immersion dans un sombre complot.

La fille dans le verre est un roman noir dans son thème et dans sa structure. Mais il n'est pas que cela et relève aussi de la tragicomédie en mettant en scène des personnages hauts en couleur, la plupart étant de véritables phénomènes de foire. L'auteur ne manque d'ailleurs pas d'humour, ce qui créé un décalage original avec l'horreur de certaines situations. Bien sûr il y a également des éléments propres au Fantastique, ceux-ci étant toutefois dispensés à doses homéopathiques.

Et puis Jeffrey FORD est un auteur engagé et dresse un portrait sans concession de l'Amérique des années trente, celle de la misère, de la Prohibition, de l'impunité des riches industriels, mais aussi de l'émergence de l'eugénisme et de la montée en puissance du Ku Klux Klan.

Roman transgenre donc, La fille dans le verre bénéficie en plus d'une écriture joliment travaillée et fluide, ce qui le positionne définitivement comme un divertissement de qualité.

 

CITRIQ

La Fille dans le verre - Jeffrey FORD (The Girl in the Glass, 2005), traduction de Gilles GOULLET, illustration de Benjamin CARRÉ, Denoël collection Lunes d'Encre, 2007, 352 pages

La Fille dans le verre - Jeffrey FORD (The Girl in the Glass, 2005), traduction de Gilles GOULLET, illustration de Benjamin CARRÉ, Denoël collection Lunes d'Encre, 2007, 352 pages

Tag(s) : #F...

Partager cet article

Repost 0