Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au moment de prêter serment pour devenir Lame du roi, le candidat Pillard répond par la négative. A la fois ulcéré et curieux, le roi Ambrose IV interroge alors Pillard sur les motivations d'un tel comportement. Celui-ci entreprend alors de raconter son histoire qui date du temps où le Chivial et le Baelmark étaient en guerre...

Deuxième tome des Lames du roi, Le Seigneur des Terres de Feu se démarque nettement de L'Insigne du chancelier sur au moins deux points. En premier lieu, la Fantasy y prend nettement l'ascendant sur le roman de cape et d'épée, une bonne part de l'intrigue se déroulant dans le Baelmark, royaume manifestement inspiré des royaumes nordiques de notre Histoire, ainsi que des contes et légendes qui leurs sont associés. En second lieu, le personnage principal, Pillard, est bien plus caractérisé que ne l'était Durendal, ce qui le rend bien plus attachant aux yeux du lecteur. Il en est de même pour les nombreux personnages secondaires, qui ne sont pas uniquement là pour servir l'action, mais servent habilement une intrigue délicieusement complexe.

Sachant que l'écriture de Dave DUNCAN présente les mêmes caractéristiques de simplicité et de rythme que dans L'Insigne du chancelier, on comprend donc que Le Seigneur des Terres de Feu est un roman très plaisant, bien supérieur à son prédécesseur.

 

CITRIQ

Le Seigneur des Terres de Feu - Dave DUNCAN (Lord of the Fire Lands, 1999), traduction de Cédric PERDEREAU, illustration de Laurent BEAUVALLET, Livre de Poche collection Fantasy n° 27006, 2007, 608 pages

Le Seigneur des Terres de Feu - Dave DUNCAN (Lord of the Fire Lands, 1999), traduction de Cédric PERDEREAU, illustration de Laurent BEAUVALLET, Livre de Poche collection Fantasy n° 27006, 2007, 608 pages

Tag(s) : #D...

Partager cet article

Repost0