Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Merlin est au crépuscule de sa vie et rassemble ses souvenirs de jeunesse pour nous conter comment il "fit" le Roi Arthur...

Le premier réflexe à la lecture de ce bref résumé peut être celui du lecteur désabusé de découvrir une Nème mouture du cycle arthurien à la sauce Fantasy. C'est toutefois aller un peu vite, et ce pour deux raisons principales.

La première est que Le cycle de Merlin n'est pas une nouvelle version du cycle bien connu, mais bel et bien la première dans le genre Fantasy. Le premier tome fut en effet édité pour la première fois en 1970, et fut même un grand succès, allant jusqu'à décrocher l'un des prix les plus prestigieux en Angleterre : le Mythopoeic Award ; trois ans plus tard, le deuxième tome obtenait le même prix. En dépit de ce succès, il a fallu attendre plus de 35 ans pour que ce cycle soit édité en France, et ce grâce à la toute jeune collection Fantasy de Calmann-Lévy.

La seconde raison de ne pas se hâter dans son jugement, c'est que Le cycle de Merlin est excellent, d'une part pour le sérieux de son propos, d'autre part pour la qualité de sa prose.


Mary STEWART revendique de nombreuses sources pour sa matière romanesque. Il y a par exemple l'Historia Regum Britanniae de Geoffroi de Monmouth, fresque historique du XIIème siècle ; il y a encore les romans de Chrétien de Troyes ; il y a bien sûr Le Morte d'Arthur de Thomas Malory, qui depuis son écriture au XVème siècle est LA référence arthurienne britannique. De ces multiples sources d'inspiration, l'auteur en tire certes une fiction, mais une fiction très détaillée où le travail de recherche, sans être mis en avant, se sent à la lecture de chaque paragraphe grâce à la précision de l'écriture.

Cette écriture est en outre très belle et posée. Elle est au service d'un personnage légendaire qui devient, grâce à elle, un être humain à part entière, ce qui ne le rend que plus puissant encore. Certes, Merlin est doté d'un don de vision, mais il a surtout une intelligence qui lui permet d'utiliser son pouvoir à bon escient, c'est-à-dire de tourner en dérision la magie de pacotille qui sévit dans la Grande Bretagne de son époque. Grâce à ce don, et à sa compréhension instinctive des problèmes politiques qui déchirent son pays, il construit peu à peu le pays dans lequel il croit, et Mary STEWART un très beau cycle.

Comme souvent le souci du détail a son revers, et l'on pourra regretter ici ou là quelques longueurs. Néanmoins cela ne va jamais jusqu'à susciter l'ennui et l'on peut compter Le cycle de Merlin parmi les meilleures adaptations du cycle arthurien.

 

CITRIQ CITRIQ CITRIQ

La Grotte de cristal - Mary STEWART (The Cristal Cave, 1970), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 416 pages ; Les Collines aux milles grottes - Mary STEWART (The Hollow Hills, 1973), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 396 pages ; Le Dernier enchantement - Mary STEWART (The Last Enchantment, 1979), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2007, 418 pagesLa Grotte de cristal - Mary STEWART (The Cristal Cave, 1970), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 416 pages ; Les Collines aux milles grottes - Mary STEWART (The Hollow Hills, 1973), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 396 pages ; Le Dernier enchantement - Mary STEWART (The Last Enchantment, 1979), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2007, 418 pagesLa Grotte de cristal - Mary STEWART (The Cristal Cave, 1970), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 416 pages ; Les Collines aux milles grottes - Mary STEWART (The Hollow Hills, 1973), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 396 pages ; Le Dernier enchantement - Mary STEWART (The Last Enchantment, 1979), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2007, 418 pages

La Grotte de cristal - Mary STEWART (The Cristal Cave, 1970), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 416 pages ; Les Collines aux milles grottes - Mary STEWART (The Hollow Hills, 1973), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2006, 396 pages ; Le Dernier enchantement - Mary STEWART (The Last Enchantment, 1979), traduction de Brigitte MARIOT, illustration de Armel GAULME, Calmann-Lévy collection Fantasy, 2007, 418 pages

Tag(s) : #S...

Partager cet article

Repost 0