Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

John Wheelwright évoque avec nostalgie ses souvenirs de jeunesse dans une petite ville du New Hampshire : l'école, le collège, l'instruction religieuse, les premiers émois amoureux, la quête du père inconnu, les débuts sournois de la guerre du Vietnam, et surtout l'indéfectible amitié avec Owen Meany...

Une prière pour Owen est un roman initiatique dans lequel le mêlent le burlesque et le tragique. C'est aussi une peinture sociale, celle d'une petite ville bourgeoise du Nord-Est des États-Unis, mais aussi celle d'une génération sacrifiée à une guerre vaine. Cela forme une chronique à la limite du conte moderne dans lequel l'insolite permet d'illustrer le réel, évoquant une certaine forme de surréalisme.

Le roman repose avant tout sur ses personnages, et en tout premier lieu Owen. Hommage au personnage d'Oscar Matzerath dans Le tambour, Owen Meany a en commun avec lui les initiales, la petite taille, et une certaine forme de maturité enfantine dans le regard qu'il porte sur le monde qui l'entoure. Le narrateur n'est pas non plus en reste puisqu'il est en quelque sorte le double de l'auteur, permettant ainsi à John IRVING de se livrer en toute élégance (le lieu principal de l'action, Gravesend, est par exemple calqué sur la ville d'origine de John IRVING, Exeter).

Chronique insolite au délire soigneusement contrôlé, conte humaniste dédié à la génération meurtrie par la guerre de Vietnam, Une prière pour Owen est un grand roman du formidable conteur qu'est John IRVING.

Une prière pour Owen - John IRVING (A Prayer for Owen Meany, 1989), traduction de Michel LEBRUN, Seuil, 1989, 576 pages

Une prière pour Owen - John IRVING (A Prayer for Owen Meany, 1989), traduction de Michel LEBRUN, Seuil, 1989, 576 pages

Tag(s) : #I...

Partager cet article

Repost0