Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En 1896, John Moore, jeune chroniqueur criminel au New York Times, est appelé par son ami Lazlo Kreizler pour aller constater le meurtre d'un adolescent atrocement mutilé. Le cas n'est pas le premier, mais la police ne se préoccupe pas du sort de ces enfants abandonnés par leur leur famille et qui survivent en se prostituant. Theodore Roosevelt, alors préfet de police, charge Moore et Kreizler de mener une enquête parallèle, occasion de tester les théories contestées de Kreizler qui consistent à considérer que l'étude des crimes doit permettre de brosser le portrait psychologique de l'assassin et in fine le devancer dans ses projets. En d'autres termes l'aliéniste est précurseur dans le profilage criminel...

Classique dans sa dimension policière, L'aliéniste vaut avant tout pour cette description du profilage à une époque où il n'en était qu'à ses balbutiements et qu'il était contesté jusque dans les plus hautes sphères. Accessoirement on appréciera aussi le joli travail de reconstitution du New-York de la fin du XIXème siècle.

Les personnages sont pour leur part caractérisés a minima, servant l'intrigue uniquement, leur vie personnelle demeurant au second, voire troisième plan. En d'autres termes il est assez peu probable de s'y attacher. On pourra apprécier néanmoins la mise en scène de Theodore Roosevelt à une époque où il n'était que préfet de police et seulement destiné à de bien plus hautes fonctions.

L'aliéniste - Caleb CARR (The Alienist, 1994), traduction de René BALDY et Jacques MARTINACHE, Presses de la Cité collection Sang d'Encre, 2015, 592 pages

L'aliéniste - Caleb CARR (The Alienist, 1994), traduction de René BALDY et Jacques MARTINACHE, Presses de la Cité collection Sang d'Encre, 2015, 592 pages

Tag(s) : #C...

Partager cet article

Repost0