Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En 1992, après l'annulation des élections remportées par le Front Islamique du Salut, une poignée de généraux a pris le pouvoir en Algérie. Ceux que l'on appellera dès lors les  « janviéristes » déclarent l'état d'urgence et pourchassent les islamistes sur tout le territoire. C'est le début d'une décennie noire pour l'Algérie, et la naissance d'une nouvelle forme de terrorisme, en quelque sorte mondialisé.

En construisant une intrigue autour de Tedj Benlazar, personnage imaginaire, agent du renseignement français d'origine algérienne, Frédéric PAULIN nous livre en fait une véritable leçon d'histoire contemporaine sur la genèse de ce qui fait qu'aujourd'hui le monde et l'humanité qui le peuple ne sont pas aussi beaux qu'ils pourraient l'être. Son propos vise à montrer toute l’ambiguïté de l'action du renseignement algérien, luttant officiellement sans pitié contre le terrorisme, quitte à utiliser des méthodes non conventionnelles, mais s'associant dans l'ombre aux Groupes Islamiques Armés. Une telle association contre-nature est bien mystérieuse, mais Benlazar a une thèse : pour se maintenir au pouvoir, les janviéristes ont besoin de l'appui de la France, et pour l'obtenir il faut y exporter le chaos terroriste. Hypothèse incroyable s'il en est, Tedj Benlazar se doit de réunir les preuves pour alerter et convaincre sa hiérarchie. Si les événements des dernières décennies nous disent à quel point le terrorisme s'est mondialisé, PAULIN en analyse ici les causes de manière tout à fait brillante.

Ses personnages sont tant historiques qu'imaginaires. Parmi ces derniers Tedj Benlazar a la part belle et se voit doté d'une histoire personnelle tragique, peut-être un peu facile dans le cadre de ce roman. La grande force de Frédéric PAULIN est toutefois de caractériser ses personnages dans toute leur complexité et dans les transformations psychologiques induites par un contexte éminemment dangereux. Cela contribue à faire de La guerre est une ruse un récit bien équilibré entre fiction, psychologie et documentation historique.

Notons enfin que   La guerre est une ruse s'achève sur les attentats de l'été 1995, en particulier celui de la station Saint-Michel. Pour l'auteur, cela clôt le premier volet d'une trilogie annoncée sur la montée du terrorisme. Nous en reparlerons donc prochainement.

La guerre est une ruse - Frédéric PAULIN (2018), Agullo collection Noir, 2018, 384 pages

La guerre est une ruse - Frédéric PAULIN (2018), Agullo collection Noir, 2018, 384 pages

Tag(s) : #P...

Partager cet article

Repost0