Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Divorcé depuis de nombreuses années, ignoré par son fils devenu père à son tour, handicapé et au chômage depuis un accident du travail, en procès avec son ex-patron, pour qui il continue de faire des petits boulots néanmoins, Sully semble cumuler les ennuis alors qu'à la soixantaine il ne fait que ce qu'il a toujours fait : fuir les responsabilités et se comporter comme un adolescent. Mais avec les années son univers se délite, à commencer par celui de North Bath, la petite station thermale de l'Etat de New York où il vit, et dont le tarissement des sources a précipité le déclin...

Premier roman de Richard RUSSO, Un homme presque parfait est déjà la chronique sociale d'une Amérique populaire. L'écrivain américain se montre particulièrement doué pour décrire le quotidien des petites gens, leur générosité, mais aussi leurs petites mesquineries et leurs lâchetés. Sa force est à rechercher beaucoup plus dans l'humour dont il teinte son récit que dans son intrigue qui, ici, se réduit à son expression la plus simple, proche du néant. Et bien sûr il y a cette galerie de personnages composites qui s'avèrent tous terriblement attachants, drôles et touchants.

On sait toutefois que Richard RUSSO fera beaucoup mieux par la suite, notamment avec le roman lauréat du Pulitzer en 2002.

Un homme presque parfait - Richard RUSSO (Nobody's Fool, 1993), traduction de Françoise ARNAUD-DEMIR, Josette CHICHEPORTICHE et Jean-Luc PININGRE, 10/18 collection Littérature étrangère, 2002, 784 pages

Un homme presque parfait - Richard RUSSO (Nobody's Fool, 1993), traduction de Françoise ARNAUD-DEMIR, Josette CHICHEPORTICHE et Jean-Luc PININGRE, 10/18 collection Littérature étrangère, 2002, 784 pages

Tag(s) : #R...

Partager cet article

Repost0