Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans une petite pension sur la Riviera au début du siècle, Mme Henriette fait scandale en quittant mari et enfants pour suivre un jeune homme qui n'avait passé là qu'une petite journée. Seul le narrateur tente de comprendre cette créature sans moralité, aidé en cela du témoignage d'une vieille dame sur les vingt-quatre heures qui ont bouleversé sa vie.

Extraite du recueil La confusion des sentiments, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme est une superbe nouvelle sur la passion, l'émancipation et l'inconscient. Stefan ZWEIG est en effet un fin connaisseur de la psyché humaine, ce qui lui vaudra pour ce texte un dithyrambe de taille de la part de Sigmund Freud : «  un chef d'oeuvre ».

Notons pour conclure que près d'un siècle après sa publication, la prose de ZWEIG est d'une étonnante modernité, probablement du fait de l'universalité de sa thématique. Enfin, signalons que l'édition isolée de cette nouvelle est agrémentée d'une passionnante préface de Yannick RIPA.

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme - Stefan ZWEIG (Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau, 1927), traduction de Aline WEILL, Payot collection Petite Bibliothèque Payot, 2013, 160 pages

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme - Stefan ZWEIG (Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau, 1927), traduction de Aline WEILL, Payot collection Petite Bibliothèque Payot, 2013, 160 pages

Tag(s) : #Z, #Nouvelles éparses

Partager cet article

Repost 0