Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Trois femmes vivaient dans un village.
La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste.
Leur village portait un joli nom de jardin. Giverny. »

C'est ainsi que débute Nymphéas noirs, roman de Michel BUSSI, ces quelques mots demeurant certainement les meilleurs pour présenter une intrigue à nulle autre pareille.

Le personnage principal est incontestablement Giverny, village de Normandie dans lequel Claude Monet vivra la seconde partie de sa vie, et d'où il peindra nombre de ses chefs-d'oeuvre, notamment ses Nymphéas. BUSSI se plaît à mettre le lieu littéralement en scène, et à mêler le personnage historique, les lieux où il vécut et travailla, et quelques-uns de ses proches à son intrigue.

Viennent ensuite les trois femmes citées, chacune représentant une génération. L'égoïste est la plus jeune ; c'est Fanette qui, à onze ans, fait preuve d'un talent rare pour la peinture. La menteuse est l'institutrice du village ; très belle femme mariée, Stéphanie est convoitée par nombre d'hommes et se caractérise par sa mythomanie. Quant à la méchante c'est la doyenne du village, celle qui ère comme un fantôme dans les rues et sentiers du village, accompagnée de son berger allemand, sans que personne ne la remarque, mais en voyant tout.

Sur une période de deux semaines en mai 2010, chacune est amenée à porter son regard sur le meurtre d'un notable du village et sur l'enquête que mène l'inspecteur Laurenç Sérénac. Par ce biais, Michel BUSSI développe son intrigue comme la rumeur qui enfle inévitablement dans les lieux refermés sur eux-mêmes, le tout sur fond d’œuvres d'art perdues ou volées, en tout cas légendaires.

Par ce biais l'auteur structure son roman de manière éminemment originale et promène son lecteur au gré de son imagination. Dans Nymphéas noirs, tout est mystère : les lieux, les personnages, et même le temps, quand l'enquête contemporaine conduit à faire un parallèle avec la noyade d'un petit garçon en 1937. Ce n'est que dans les dernières pages que tous ces mystères livrent leurs secrets et se relient entre eux, Michel BUSSI en profitant pour se livrer à un superbe portrait de femme.

Il n'est finalement pas étonnant que le roman ait été multi-primé en 2011. Il serait même regrettable de l'ignorer aujourd'hui tant il se révèle à part dans un genre trop souvent standardisé. Nymphéas noirs est un excellent roman, tout simplement.

CITRIQ
Nymphéas noirs - Michel BUSSI (2011), Presses de la Cité, 2011, 444 pages

Nymphéas noirs - Michel BUSSI (2011), Presses de la Cité, 2011, 444 pages

Tag(s) : #B...

Partager cet article

Repost 0