Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Lions d'Al-Rassan est probablement le chef d'oeuvre de Guy Gavril KAY, si ce n'est un chef d'oeuvre tout court.

Tout est réuni en effet pour le faire entrer dans cette catégorie : c'est une épopée épique, une très belle prose (doublée d’une excellente traduction d'Élisabeth VONARBURG), des personnages parfaitement caractérisés et, surtout, un parallélisme très habile avec l’Histoire réelle de l’Espagne, et des religions qui ont fait ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Le roman débute alors que l’Espéragne (l’Espagne donc) est sous la coupe des Asharites (qui rappellent étrangement les musulmans). Or, dans les faits, ce qui domine l’histoire de l’Espagne médiévale c’est l’invasion musulmane de 711 qui aura des conséquences très importantes aux niveaux politique, social, religieux et moral.

Dans le nord de l’Espéragne règnent encore les Jaddites, apparentés aux chrétiens de l’Histoire réelle. Ceux-ci sont totalement désunis depuis que l’Espéragne est tombée aux mains des Asharites, mais ils finissent généralement par se mettre d’accord sur leur dessein commun : reconquérir l’Espéragne.

A la fois chez les Asharites et chez les Jaddites vit indifféremment une minorité religieuse, les Kindaths (les juifs), la plupart du temps tolérée, parfois exterminée par l’une ou l’autre des deux autres religions… On trouve chez eux les meilleurs médecins de cette Espéragne/Espagne médiévale.

Tout le roman s’articule sur les rapports entre Asharites, Jaddites et Kindaths. Mais cela ne se résume pas à une croisade de 583 pages ponctuée de massacres gratuits de la minorité Kindath. Guy Gavriel KAY préfère nous raconter comment la rencontre de ces trois religions va conduire à la naissance d’une civilisation différente, plus tolérante, et qui, on le sait, conduira l’Espagne réelle à un rayonnement culturel pendant quelques siècles.

Les trois personnages principaux représentent chacun une religion. Ils sont magnifiquement dépeints dans leurs actes, leurs sentiments et leurs déchirements. Le lecteur n'a aucune difficulté à s'identifier à eux, impression facilitée par les légers flash-back d’une scène à l’autre. Même les personnages secondaires ne sont pas en reste et participent activement à l’impression de force qui émane de toute cette oeuvre.

Superbe !

CITRIQ
Les Lions d'Al-Rassan - Guy Gavriel KAY (The Lions of Al-Rassan, 1995), traduction de Elisabeth VONARBURG, illustration de GESS, L'Atalante collection Bibliothèque de l'évasion, 1999, 592 pages

Les Lions d'Al-Rassan - Guy Gavriel KAY (The Lions of Al-Rassan, 1995), traduction de Elisabeth VONARBURG, illustration de GESS, L'Atalante collection Bibliothèque de l'évasion, 1999, 592 pages

Tag(s) : #K...

Partager cet article

Repost 0