Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deuxième enquête du Département V, les ingrédients de Profanation sont sensiblement les mêmes que dans la première, à savoir un duo de flics improbable chargé de dépoussiérer quelque cold-case depuis leur sous-sol de l'hôtel de police de Copenhague.
 
En l'occurrence Carl Mørck s'intéresse à un double meurtre commis 20 ans auparavant dans lequel une bande de fils de familles avaient été impliquée, mais innocentée quelques années plus tard grâce aux aveux spontanés d'une de leurs connaissances. Pour Mørck et Assad les zones d'ombre du dossier sont si nombreuses qu'ils décident de relancer l'enquête. Et tant pis si cela dérange aujourd'hui trois hommes faisant partie de l'élite de l'économie danoise...
 
Jussi ADLER-OLSEN trouve à ce niveau un sujet idéal pour égratigner la société du Danemark et développe une intrigue tortueuse dans un univers où le cynisme est érigé en mode de vie. La performance est d'autant plus notable que les responsabilités sont dévoilées très rapidement.
 
Comme dans le premier tome, la noirceur de l'intrigue est tempérée par l'humour généré par le duo de flics, en plus désormais assisté de Rose, une jeune femme caractérielle et quelque peu gothique. ADLER-OLSEN en dévoile un peu plus sur Hafez el Assad mais demeure peu prolixe à ce niveau, l'histoire mystérieuse de ce syrien prenant un peu plus l'allure d'un fil rouge dans ces Enquêtes du Département V.
 
Quoi qu'il en soit, si ce deuxième opus n'est pas fondamentalement original, il s'avère être un divertissement parfaitement construit et, somme toute, addictif.
CITRIQ
Profanation - Jussi ADLER-OLSEN (Fasandræberne, 2008), traduction de Caroline BERG, Albin Michel, 2012, 544 pages

Profanation - Jussi ADLER-OLSEN (Fasandræberne, 2008), traduction de Caroline BERG, Albin Michel, 2012, 544 pages

Tag(s) : #A...

Partager cet article

Repost 0