Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prix Nobel de littérature en 1988, Naguib MAHFOUZ est le premier écrivain arabe (Egypte) à recevoir cette distinction. L’événement couronnait alors une carrière d'un demi-siècle et d'une cinquantaine de romans et recueils de nouvelles. Dans cette bibliographie une oeuvre sort du lot pour son importance, tant par rapport à sa taille que par rapport aux thématiques évoquées : la  trilogie du Caire dont Impasse des deux palais est le premier tome.

Le titre du roman, comme les deux suivants d'ailleurs, porte le nom d'une rue du Caire dans laquelle MAHFOUZ a passé sa jeunesse. Y vit une famille de cinq enfants dirigée d'une main de fer par Ahmed Abd el-Gawwad, commerçant attaché aux traditions et père autoritaire. Ces deux traits de caractères font de lui un homme à la vie sociale intense, en particulier nuitamment quand il consomme abondamment alcool et femmes avec un grand raffinement, mais aussi un despote patriarcal dans sa demeure, femme enfants et serviteurs devant plier face à une autorité toujours sans faille. En toile de fond, Naguib MAHFOUZ raconte aussi l'Histoire de l'Egypte d'octobre 1917 à avril 1919, époque marquée par la montée de la volonté d'indépendance à l'égard du protectorat britannique...

Cette dimension politique prend toute son ampleur dans le dernier tiers du roman. Tout le reste prend la forme d'une chronique familiale dans laquelle chaque membre de la famille Abd el-Gawwad est analysé précisément, tant dans ses actes que dans ses relations aux autres. Cela donne au roman une dimension naturaliste dans la plus pure tradition du XIXème siècle, faisant souvent comparer MAHFOUZ à BALZAC ou ZOLA en France, à DICKENS en Grande Bretagne, ou encore à TOLSTOI en Russie. C'est surtout l'occasion de très beaux portraits, notamment mais pas exclusivement ceux des femmes. On citera par exemple l'ouverture du roman sur Amina, épouse soumise d'Ahmed, qui a elle-seule fait littéralement ressentir l'atmosphère si particulière de ce quartier du Caire au début du XXème siècle. Et que dire du final sur Ahmed, si bouleversant, et convaincant définitivement que l'on poursuivra prochainement la trilogie.

Au final Impasse des deux palais est un beau et grand roman qui allie l'intérêt historique à l'émotion générée par des vies simples dans une culture que le lecteur occidental ne connaît pas forcément. A titre personnel c'est une très belle découverte littéraire.

CITRIQ
Impasse des deux palais - Naguib MAHFOUZ (Bayn al-Qasrayn, 1956), traduction de Philippe VIGREUX, Le Livre de Poche collection Biblio Romans, 1989, 672 pages

Impasse des deux palais - Naguib MAHFOUZ (Bayn al-Qasrayn, 1956), traduction de Philippe VIGREUX, Le Livre de Poche collection Biblio Romans, 1989, 672 pages

Tag(s) : #M...

Partager cet article

Repost 0