Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Mulvaney est une famille de la classe moyenne américaine installée dans une petite ville de l'Etat de New York. Le père chef d'entreprise élève avec son épouse au foyer quelque peu extravagante quatre enfants ; il y a Mike, l'aîné sportif et fonceur, Patrick le scientifique pragmatique, Marianne aussi jolie que réservée et Judd, le cadet quelque peu effacé. Au milieu des années 1970 toute la famille vit dans une ferme peuplée par ailleurs de nombreux animaux, un lieu digne d'un conte de fées. Le bonheur est total chez les Mulvaney, du moins jusqu'à cette Saint Valentin 1976 pendant laquelle Marianne est violée par le fils d'une autre famille de la ville. Encore est-il que, l'alcool aidant, sa mémoire se fait défaillante et les souvenirs flous, voire contradictoires.

Quoi qu'il en soit, Marianne est choquée, honteuse et profondément perturbée. C'est le point de départ d'un drame qui va crescendo jusqu'à l'explosion totale de la cellule familiale. Car dans la petite ville où elle vit, tout se sait très vite, la rumeur enfle à mesure qu'elle est alimentée et le regard des autres se modifient à l'avenant. Et en l’occurrence c'est la parole du bourreau contre celle de sa victime, et donc l'option retenue par la majorité (tous sauf les Mulvaney !) est de taire l'évidence, de se voiler la face, et de ne rien bousculer aux petites habitudes de la société. Et tant pis pour les dommages collatéraux incarnés par les Mulvaney.

Tel est le propos de Joyce Carol OATES dans le portrait qu'elle dresse de la famille Mulvaney dans toutes ses composantes. Elle s'y montre bien entendu factuelle, mais aussi profondément empathique à l'égard de ses personnages. De ces deux points de vue, Nous étions les Mulvaney raconte une histoire somme toute très simple, mais avec une grande finesse psychologique. Elle prend ainsi son lecteur à témoin qui se surprend à suivre avec passion l'évolution de ses personnages, et à partager avec eux leurs émotions. D'ailleurs nombre de scènes sont bouleversantes et conduisent à refermer le roman avec une certaine nostalgie. C'est tout simplement superbe.

CITRIQ

Nous étions les Mulvaney - Joyce Carol OATES (We Were The Mulvaney, 1996), traduction de Claude SEBAN, Stock collection La Cosmopolite, 2009, 608 pages

Nous étions les Mulvaney - Joyce Carol OATES (We Were The Mulvaney, 1996), traduction de Claude SEBAN, Stock collection La Cosmopolite, 2009, 608 pages

Tag(s) : #O...

Partager cet article

Repost 0