Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour dans les Appalaches avec le deuxième roman de Ron RASH. La Tamassee est une rivière sauvage qui dessine une frontière entre la Caroline du Sud et la Géorgie. Une adolescente s'y noie et son corps reste coincé sous un rocher par un ressaut hydraulique. Les habitants de la région sont alors en émoi, et se déchirent sur les moyens de rendre la dépouille de l'enfant à ses parents. Ces derniers militent pour l'installation d'un barrage amovible qui permettra de détourner le cours de l'eau ; les opposants environnementalistes considèrent que l'opération perturbera l'état naturel de la rivière, ce qui est totalement illégal au regard de la loi fédérale qui protège le site. Et bientôt les politiques se mêlent de cette affaire, avec la presse pour arbitre.

Du strict point de vue de la thématique principale, Le chant de la Tamassee est un hommage à la littérature d'Edward ABBEY. Il y pose le même genre de questions d'une actualité brûlante. La protection de l'environnement justifie-t-elle tous les actes ? Où se situe la frontière morale entre la préservation d'un site naturel et le respect des traditions religieuses du deuil ? Peut-on encore parler de morale dès lors que les politiques trouvent un intérêt électoraliste à se mêler au débat ? Quel rôle tiennent les médias dans un tel conflit ? Ron RASH développe son intrigue en posant peu à peu toutes les données du problème, sans véritablement prendre parti, et en invitant le lecteur à se faire sa propre idée.

Quant à la forme du roman, elle se démarque de son modèle en ne retenant de la tragi-comédie façon ABBEY que la dimension dramatique. Son point de départ est en effet grave et l'enfant mort hante le roman sur toute sa longueur, exacerbant de la meilleure des façons qui soit l'émotion et la beauté, que ce soit celle de la nature ou celle du récit.

CITRIQ

Le chant de la Tamassee - Ron RASH (Saints at the River, 2004), traduction de Isabelle REINHAREZ, Seuil, 2016, 240 pages

Le chant de la Tamassee - Ron RASH (Saints at the River, 2004), traduction de Isabelle REINHAREZ, Seuil, 2016, 240 pages

Tag(s) : #R...

Partager cet article

Repost 0