Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un jeune couple plutôt branché et mondain s’installe dans un immeuble bourgeois de New York. Progressivement, des événements étranges, voire tragiques se produisent, le couple lui-même commence à changer… Voici donc une histoire cousue de fils blancs ; on en connait déjà la fin, sans même avoir commencé le roman. Peut-être même avons-nous vu son adaptation cinématographique par Roman Polanski.

Il faut pourtant resituer Un bébé pour Rosemary dans son contexte. Ira LEVIN a écrit ce roman dans les années soixante, à une époque où les thèmes traditionnels du Fantastique avaient perdu toute crédibilité, et où ce genre ne survivait que dans la littérature d’imagination scientifique. Ira LEVIN réactualise donc un des thèmes favoris du genre. Et il le fait magistralement en faisant évoluer la tension en parfaite synchronisation avec l’intrigue. La pression monte donc lentement, jusqu’au dénouement final, certes attendu, mais qui fait de Un bébé pour Rosemary une des plus envoûtantes histoires de diableries et de sorcellerie qui aient été écrites au XXème siècle.

Pour la petite histoire, il faut savoir que l’un des « personnages » principaux du roman est un… immeuble. Et pour « incarner » cet immeuble dans son adaptation, Roman Polanski avait choisi le Dakota Building, au pied duquel John Lennon a été assassiné douze ans plus tard…

CITRIQ

Un bébé pour Rosemary - Ira LEVIN (Rosemary's Baby, 1967), traduction de Elisabeth JANVIER, illustration de STOCK IMAGE, J'ai Lu collection Fantastique n° 342, 2000, 320 pages

Un bébé pour Rosemary - Ira LEVIN (Rosemary's Baby, 1967), traduction de Elisabeth JANVIER, illustration de STOCK IMAGE, J'ai Lu collection Fantastique n° 342, 2000, 320 pages

Tag(s) : #L...

Partager cet article

Repost 0