Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques du chevalier errant est un recueil de trois nouvelles se déroulant dans l'univers du Trône de fer. Plus précisément, elles se déroulent environ un siècle avant les événements de la série principale et sont dédiées à un duo de personnages constitué de ser Duncan le Grand, surnommé Dunk (le chevalier errant en question), et Aegon Targaryen, surnommé L'Oeuf (l'écuyer du premier).

Le Chevalier errant (The Hedge Knight, 1998, traduction de Paul BENITA) raconte la réunion des deux, quand Dunk usurpe l'identité de son maître récemment décédé pour participer à un tournoi. Si cela a de quoi provoquer quelques ennuis, cela suscite également des alliances qui le conduiront à prendre sous sa coupe un descendant de la famille royale.

Deux ans plus tard, Dunk et L'Oeuf entrent au service de ser Eustace Osgris, un chevalier fieffé en conflit avec la dame de la seigneurie voisine, lady Rohanne Tyssier, dite la veuve rouge. Le duo parvient non sans quelques sacrifices à apaiser la vieille querelle. C'est ce qui est raconté dans L'Épée lige (The Sworn Sword, 2003, traduction de Jean SOLA).

Peu de temps après Dunk et L'Oeuf assistent au mariage de lord Ambrose Beurpuits à Murs-blancs, où un nouveau tournoi est organisé. Le grand prix est un œuf de dragon, lequel suscite tant de convoitises qu'il est volé avant la fin des festivités. L'intervention de Dunk permet toutefois de déjouer une machination politique qui dépasse de loin la seule possession de L'Œuf de dragon (The Mystery Knight: A Tale of the Seven Kingdoms, 2010, traduction de Patrick MARCEL).

Ces trois nouvelles sont relativement longues et racontent autant d’histoires indépendantes du cycle principal. On y retrouve néanmoins quelques uns des ingrédients qui ont fait le succès de la série de George R. R. MARTIN, en particulier les querelles mortelles entre les familles du Royaume, voire au sein d’une même fratrie. En revanche, il semble que le format court soit peu adapté à l’ambiance si particulière du Trône de fer, construite sur la base de la psychologie détaillée des nombreux personnages ; ici MARTIN se fait avant tout factuel et privilégie l'humour à la tragédie, donnant au tout un goût d'alimentaire destiné à faire patienter les fans pendant les longues périodes entre l'écriture de deux tomes du Trône de fer.

CITRIQ

Chroniques du chevalier errant - George R. R. MARTIN, traduction de Paul BENITA, Patrick MARCEL et Jean SOLA, illustration de Stéphane DESBENOIT et Grégoire HÉNON, Pygmalion, 2015, 426 pages

Chroniques du chevalier errant - George R. R. MARTIN, traduction de Paul BENITA, Patrick MARCEL et Jean SOLA, illustration de Stéphane DESBENOIT et Grégoire HÉNON, Pygmalion, 2015, 426 pages

Tag(s) : #M..., #Nouvelles éparses

Partager cet article

Repost 0