Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fille du train est le premier roman de la jeune britannique Paula HAWKINS. Il est d'ores et déjà un best-seller et une bonne partie des médias ne tarie pas d'éloges à son propos. En d'autres termes, il s'agit d'un roman qui a de quoi susciter autant de méfiance que de curiosité.

De thriller il est incontestablement question. Il s'agit même d'un thriller psychologique centré sur la personnalité de Rachel, dépressive et alcoolique, qui passe ses journées à errer dans Londres tout en prenant systématiquement les mêmes trains. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe lors d'un arrêt une petite maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison elle la connait bien, d'une part parce qu'elle a habité à côté avec son ex-mari, d'autre part parce qu'elle jalouse le couple qui l'occupe. Sans même connaître ce dernier, pour Rachel il est la quintessence de l'amour et du bonheur conjugal, choses qu'elle a irrémédiablement perdu. Mais un jour elle voit la femme en compagnie d'un autre homme et vit très mal ce qu'elle considère comme la désintégration du couple parfait. En outre, le lendemain, la presse fait état de la disparition de la jeune femme, ce qui conduit Rachel à se mêler de ce qui ne la regarde pas...

Tel est donc le point de départ d'une intrigue structurée autour de trois monologues, celui de Rachel étant ponctué des interventions de Megan (la jeune femme disparue) et d'Anna (la nouvelle femme de son ex-mari). A elles-trois elles évoquent sans artifices littéraires des thèmes très contemporains et féminins, de la maternité aux violences conjugales en passant par la désocialisation et l'autodestruction, tout en installant une atmosphère de plus en plus noire et dramatique.

Le tout est certes convenu mais parfaitement construit et addictif. Le fait que Paula HAWKINS y développe une intrigue finalement très hitchcockienne y est pour beaucoup, le personnage de Rachel évoquant notamment celui de Jeff Jefferies interprété par James Stewart dans Fenêtre sur cour. On ne s'étonnera donc pas que les droits d'adaptation cinématographique aient d'ores et déjà été achetés par Steven Spielberg et on tempérera les critiques dithyrambiques qui accompagnent la publication française du roman. La fille du train est simplement un bon divertissement, certainement pas le thriller de l'année comme certaines critiques peuvent l'évoquer ici et là.

CITRIQ

La fille du train - Paula HAWKINS (The Girl on the Train, 2015), traduction de Corinne DANIELLOT, Sonatine, 2015, 378 pages

La fille du train - Paula HAWKINS (The Girl on the Train, 2015), traduction de Corinne DANIELLOT, Sonatine, 2015, 378 pages

Tag(s) : #H...

Partager cet article

Repost 0