Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tibor Tarent vient de perdre sa femme, Melanie, en Anatolie. Victime d'un curieux attentat, aucune trace de son corps n'a été retrouvée, le lieu du drame étant désormais marqué par une zone de terre noire et de forme triangulaire équilatérale. De retour en République Islamique de Grande Bretagne, il est pris en charge par les autorités à des fins d'enquête. Mais ce qui intéresse celles-ci n'est pas tant l'attentat dont a été victime Melanie, que celui de Londres le 10 mai dernier ; de bien plus vaste ampleur, il a fait quelques 100 000 victimes, elles-aussi totalement annihilées, les seuls vestiges du drame étant une vaste zone noire de suie inscrite dans un triangle parfait. On est au milieu du XXIème siècle et Tibor Tarent prend conscience pour la première fois du phénomène de l'adjacence...

Démarre alors une de ces histoires dont Christopher PRIEST a le secret, où il entremêle les réalités alternatives, perd ses lecteurs dans un questionnement infini, et se contente d'apporter des éléments de réponses partiels, invitant par-là même l'imaginaire de ses lecteurs à suivre le sien, que l'on sait exceptionnel depuis longtemps. C'est ainsi qu'il entrecoupe l'histoire de Tibor Tarent de longs intermèdes dans l'Angleterre du XXème siècle, pendant la Première Guerre mondiale d'abord, pendant la Seconde dans un deuxième temps ; un troisième intermède se déroulera enfin dans l'Archipel du rêve.

L'Adjacent est de plus pour lui l'occasion de faire une synthèse d'une bonne part de son oeuvre. En mettant en scène un jeune prestidigitateur, appelé à contribuer à l'effort de guerre de l'Angleterre pendant le premier conflit mondial, il fait écho au Prestige, mais aussi à La Machine à explorer l'espace par le biais du personnage d'Herbert George Wells. L'intermède pendant la Seconde Guerre mondiale fait clairement référence à La séparation, et pas seulement pour le clin d'oeil à J. L. Sawyer. Enfin que dire de l'incursion dans L'Archipel du rêve si ce n'est que ce lieu traverse toute son oeuvre et qu'il adopte ici la même technique narrative originale que dans Les insulaires, celui du guide touristique à l'usage des baroudeurs de l'imaginaire.

Le tout forme un roman étonnamment facile à lire au regard de son apparente déstructuration. La prose de Christopher PRIEST est toujours fluide et plaisante, et est mise au service d'une très belle histoire d'amour dans un cadre éminemment original. Les habitués de l'auteur qualifieront certainement l'exercice de brillant ; ceux qui ne le connaissent pas ou peu seront à coup sûr fascinés par cette histoire. De fait, L'Adjacent fait partie du meilleur dans la bibliographie de l'auteur, au point que certains se demandent déjà s'il ne s'agit pas du meilleur livre de l'année. A titre personnel je répondrais que c'est fort probable.

CITRIQ

L'Adjacent - Christopher PRIEST (The Adjacent, 2014), traduction de Jacques COLLIN, illustration de Aurélien POLICE, Denoël collection Lunes d'Encre, 2015, 560 pages

L'Adjacent - Christopher PRIEST (The Adjacent, 2014), traduction de Jacques COLLIN, illustration de Aurélien POLICE, Denoël collection Lunes d'Encre, 2015, 560 pages

Tag(s) : #P...

Partager cet article

Repost 0