Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

37°2 le matin c'est l'histoire d'une passion amoureuse, une passion destructrice. Pour Betty, le narrateur est le plus grand écrivain de sa génération. Pourtant il est l'écrivain d'un unique roman, de surcroît resté à l'état de manuscrit soigneusement rangé dans un carton. Mais Betty veut y croire et entreprend de taper l'oeuvre de son homme et d'en envoyer une copie à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un éditeur. S'en suit une longue attente, suivie de lettres de refus, certaines allant même jusqu'à être insultantes, pendant laquelle le couple enchaîne les petits boulots et les galères. Mais pour certains les difficultés sont plus insurmontables que pour d'autres, et le fatalisme du narrateur a bien du mal à compenser l'absence de concession de Betty qui, lentement mais sûrement, se renferme sur elle même et devient dépressive jusqu'à la folie et l’irréparable...

Pour beaucoup, dont moi, 37°2 le matin sera, bien avant le roman, le film éponyme de Jean-Jacques Beineix (1986), lequel s'avère très respectueux de la trame et de l'ambiance de l'oeuvre de Philippe DJIAN. Le lecteur se retrouve donc face à un récit très personnel, devenu depuis emblématique du mal-être de toute une génération. En cela on retrouve la soif de liberté avortée d'une jeunesse qui n'a pu participer à la Beat Generation mais qui en vit néanmoins les mêmes affres, celles d'une génération qui ne parvient pas à trouver sa place dans une société qu'ils ne comprennent pas, et inversement. Cela prend la forme d'un récit à la première personne qui, non sans humour et sensualité, raconte le quotidien d'un couple de jeunes trentenaires, une inexorable descente aux enfers dont les deux parties ne sortiront pas de la même façon.

37°2 le matin est donc une histoire d'amour poignante dans laquelle le lecteur se laisse volontiers embarquer. A titre personnel, mon seul regret est que l'enchaînement de la quasi totalité des scènes m'était connu grâce au film que j'ai eu l'occasion de voir de nombreuses fois.

CITRIQ

37°2 le matin - Philippe DJIAN (1985), J'ai Lu, 2000, 378 pages

37°2 le matin - Philippe DJIAN (1985), J'ai Lu, 2000, 378 pages

Tag(s) : #D...

Partager cet article

Repost 0