Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sept ans après le Grand Siège de Malte, Mattias Tannhauser arrive à Paris pour y retrouver sa femme enceinte venue assister au mariage de Marguerite de Valois et d'Henri de Navarre. A son arrivée, la ville est sous tension du fait de la tentative d'assassinat de l'amiral de Coligny. Ce dernier étant le chef des réformistes, l'acte manqué ne manque pas de raviver les désaccords entre catholiques et protestants, le fanatisme devenant alors la règle, et la violence latente. Nous sommes le 23 août 1572, veille de la Saint-Barthélemy...

Tel est le point de départ des Douze enfants de Paris, deuxième roman que Tim WILLOCKS consacre à Mattias Tannhauser. En l'occurrence il le plonge pendant 36 heures dans l'un des épisodes les plus violents et tragiques des guerres de religion. Pour cela il développe une intrigue autour de la recherche de sa femme victime d'un enlèvement, quête pendant laquelle il est amené à recevoir l'aide d'enfants parisiens d'horizons divers. Reste que cet enlèvement semble totalement artificiel et demeure improbable jusqu'à la fin du roman. Pour WILLOCKS ce n'est que le prétexte pour un enchaînement de combats de rue entre des parisiens avides de sang mais totalement inexpérimentés et un Mattias Tannhauser invincible et déterminé.

Si les premières mises en scène sont amusantes, déclinées sur près d'un millier de pages, la technique narrative semble interminable, en particulier dans la cinquième et dernière partie du roman. Néanmoins on appréciera la reconstitution historique du Paris du XVIème siècle, en particulier celle de « Cocagne » qui rappellera certainement la cour des Miracles chère à Victor Hugo. Globalement, hélas, le roman relève plus de la série B certes sympathique, mais certainement pas impérissable. C'est donc avec une certaine circonspection que le lecteur attendra l'ultime roman de la trilogie consacrée à Mattias Tannhauser.

CITRIQ

Les douze enfants de Paris - Tim WILLOCKS (The Twelve Children of Paris, 2013), traduction de Benjamin LEGRAND, illustration de Rémi PEPIN, Sonatine, 2014, 944 pages

Les douze enfants de Paris - Tim WILLOCKS (The Twelve Children of Paris, 2013), traduction de Benjamin LEGRAND, illustration de Rémi PEPIN, Sonatine, 2014, 944 pages

Tag(s) : #W...

Partager cet article

Repost 0