Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Personnage secondaire dans Abattoir 5, Kilgore Trout est au centre de l'intrigue du Petit déjeuner des champions. Ce septième roman de Kurt VONNEGUT en constitue même la biographie au moment où sa carrière d'écrivain de science fiction semble vouloir s'envoler. Car jusque-là Trout a eu beau être prolixe (117 romans et 2000 nouvelles) il n'a publié que dans d'obscures revues... pornographiques ; il a toutefois un unique fan, Eliot Rosewater, lequel s'avère richissime et l'invite à participer à un festival artistique dans le Midwest américain. Et c'est à Midland City qu'il va croiser la route de Dwayne Hoover, un notable de cette bourgade qui s'est élevé grâce à son activité de vendeur de voitures et qui est en train de perdre la tête. A ce dernier titre, la rencontre entre Trout et Hoover sera déterminante pour la santé mentale du second...

Voilà en quoi Le petit déjeuner des champions est l'histoire d'une rencontre entre deux hommes, comme il est indiqué dans la quatrième de couverture. Plus précisément le roman se structure autour de deux récits convergents l'un vers l'autre, auxquels viendra finalement se greffer celui de l'auteur lui-même, tel un créateur tout puissant ayant droit de vie et de mort sur ses personnages. Le tout est délicieusement azimuté, et pas seulement à cause de cette structure improbable. Car les interventions de Kilgore Trout sont autant de réflexions sur tout et n'importe quoi, sur sa vision de la vie aux Etats-Unis (enfin de sa vie...), sur sa carrière d'écrivain et certaines des histoires qu'il a écrite et que l'on aimerait bien pouvoir lire un jour (par exemple celle de ce scientifique qui découvre le moyen de se reproduire dans le bouillon de poule), le tout étant abondamment illustré de dessins qui viennent mettre l'accent sur certains thèmes évoqués. Quant aux passages consacrés à Dwayne Hoover ils prennent la forme de tranches de vie venant diagnostiquer sa folie progressive, laquelle est intimement liée à l'état de la société dans laquelle il vit.

Tout cela est inénarrable (les éclats de rire sont fréquents) et d'une grande originalité. De plus, sous l'oeuvre décalée qu'est Le petit déjeuner des champions, se cache également une satire sociale tout aussi pertinente que glaçante. Il s'agit donc d'un autre excellent roman de Kurt VONNEGUT que l'on peut découvrir aujourd'hui dans une nouvelle traduction, quarante ans après la première éditée au Seuil (Le breakfast des champions, 1974).

CITRIQ

Le petit déjeuner des champions - Kurt VONNEGUT (Breakfast of Champions, 1973), traduction de Gwilym TONNERRE, illustration de Kurt VONNEGUT, Gallmeister collection Totem n° 39, 2014, 256 pages

Le petit déjeuner des champions - Kurt VONNEGUT (Breakfast of Champions, 1973), traduction de Gwilym TONNERRE, illustration de Kurt VONNEGUT, Gallmeister collection Totem n° 39, 2014, 256 pages

Tag(s) : #V...

Partager cet article

Repost 0