Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre île sombre est le résultat d'un travail de réécriture d'une oeuvre de jeunesse de Christopher PRIEST. Tant du point de vue de la structure du récit que de celui de l'histoire qui nous est racontée, le roman est d'ailleurs strictement identique à sa première version, intitulée Le rat blanc en France. Les différences sont donc subtiles, et de deux ordres comme l'explique très clairement l'auteur dans l'avant-propos à cette édition.

En premier lieu, PRIEST n'appréciait guère les critiques, positives ou négatives, lorsqu'elles s'appuyaient sur la dimension politique du roman. Il rappelle que dans sa démarche de jeune écrivain sa préoccupation première était bel et bien la neutralité, et qu'il avait été fortement blessé quand la critique laissait sous-entendre un certain parti-pris travailliste ou conservateur, voire même un racisme sous-jacent. Il a donc décidé de reprendre son récit pour l'expurger définitivement de tout élément susceptible de mettre à mal ce principe de neutralité. A ce niveau, le lecteur que je suis est quelque peu circonspect puisqu'au-delà de la peinture du colonialisme et des extrémismes, je n'avais pas détecté un quelconque engagement politique dans Le rat blanc.

En second lieu, Christopher PRIEST a beaucoup travaillé sur l'humanité de ses personnages, en particulier le principal, Alan Whitman. De fait, quand on lit Le rat blanc on a la sensation d'une certaine froideur du personnage, laquelle devenait représentative de l'inéluctabilité de la dégénérescence de la société britannique. Dans Notre île sombre, Alan Whitman exprime bien plus ses sentiments, en particulier sa colère et son combat contre une situation qui, du coup, est susceptible d'évoluer jusqu'aux dernières lignes du roman. Ce travail sur la psychologie du personnage est donc bénéfique également pour l'intrigue.

Notre île sombre est donc une réécriture bienvenue du Rat blanc, en particulier du point de vue de la caractérisation du personnage principal. Elle lui donne incontestablement une dimension supplémentaire qui le rapproche de l'excellence quand sa première version était simplement intéressante. Accessoirement, elle permet de rendre à nouveau disponible aux lecteurs un roman qui n'était pas loin d'être totalement tombé dans l'oubli.

CITRIQ

Notre île sombre - Christopher PRIEST (Fugue for a Darkening Island (revised), 2011), traduction de Michelle CHARRIER, illustration de Aurélien POLICE, Denoël collection Lunes d'Encre, 2014, 208 pages

Notre île sombre - Christopher PRIEST (Fugue for a Darkening Island (revised), 2011), traduction de Michelle CHARRIER, illustration de Aurélien POLICE, Denoël collection Lunes d'Encre, 2014, 208 pages

Tag(s) : #P...

Partager cet article

Repost 0